Notices biographiques des peintres, sculpteurs, dessinateurs, lithographes et graveurs aquitains

 

L-Z

 

 

Extraites de

FERET (Edouard) : Statistique générale, topographique, scientifique, administrative, industrielle, commerciale, agricole, historique, archéologique et biographique du département de la Gironde par Edouard Féret, membre de la Société d'Agriculture de la Gironde, secrétaire de la Société Archéologique de Bordeaux, auteur de Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite.  III. Première partie . Biographie. Bordeaux Feret & fils, libraires-éditeurs 15 cours de l'Intendance. Paris, G. Masson , Libraire -éditeur 120 boulevard Saint-Germain, Paris, Emile Lechevalier, éditeur , 30 quai des Grands -Augustins. 1889, 628 p. Abréviation : (F)

 

 

par Michel Wiedemann

Président de l'Estampe d'Aquitaine,

maître de conférence à l'université Michel de Montaigne Bordeaux 3

 

 

 

 

L

 

 

 

 

LABAT (Jean -Baptiste Antoine Gustave )

Né à Bx le 17 janv. 1824. Elève de l'école municipale de peinture de Bx, élève du miniaturiste Tinot. S'est occupé d'art et de recherches archéologiques. Vice-prés., puis président de la Société des Archives historiques de  la Gironde, trésorier de la Société des Bibliophiles de Guyenne ; membre de la commission des mon. historiques et des travaux publics de la Gironde ; membre de la commission chargée de l'impression des archives municipales de Bx, membre de la commission administrative de la Soc. des Amis des Arts de Bx, etc. ; a collaboré aux travaux des diverses sociétés dont il a fait partie. A produit un assez grand nombre de lithographies, aquarelles et dessins relatifs à la marine principalement. Des dessins et des lithographies de G.Labat se trouvent au musée de Toulon. Auteur de Documents sur la ville de Royan et la tour de Cordouan. 1 er  recueil (1622-1789) Bx, 1884,  in-4° 40 pp ; & plan ; 2e recueil (1200 à 1800) Bx, 1888, in-4° XXXV-235 pp. pl. chromo, etc. 

(F)

 

LABATIE (N.)

Mort à Bx vers 1777 ou 1782, peintre de genre, demeurait à Bx rue Ste Catherine. Agréé à l'Acad. des Arts de Bx en 1775 ; plusieurs de ses tableaux figurèrent aux salons bordelais de 1776 à 1782. On retrouve trace de sept de ses tableaux dans des ventes qui eurent lieu à Bordeaux en 1795 et 1796. Le musée Lorin à Bourg (Ain) possède une toile de ce peintre bordelais datée de 1776.

V. Marionneau, Salons bordelais, p. 153.

(F)

 

LACAZE (Pierre Théophile )

Peintre d'histoire, né à Libourne le 14 juin 1799, mort à Libourne le 5 sept. 1846.

Est devenu peintre de talent sans le secours d'aucun maître. Il a envoyé à la plupart des expositions qui ont eu lieu de 1824 à 1845, principalement à Paris, à Bx, à Boulogne sur mer. Ci après les principales œuvres avec la date des expositions où elles ont figuré.

Macbeth et les sorcières et Une scène du sérail, aquarelles, 1831 ; Portrait de M. Gaston Lacaze (son père), 1835 ; La folie d'Ophélie, d'ap. Shakespeare, et Parisina, (sujet tiré de lord Byron), 1836, Le baptême de Clovis et Un concert en Italie , aquarelles, Clément Marot lisant ses poésies à la cour de François I er, aquarelle, 1837, Jésus bénissant les enfants (acquis par la liste civile, a péri dans l'incendie du palais de Neuilly) ; Le Tasse mourant, au couvent de Saint Onufre, aquarelle, 1838, La mort de Suénon, (Jérusalem délivrée) ; Richard cœur de Lion et Le docteur maure (acquis par le roi Louis -Philippe, placé aux Tuileries, se trouve maintenant, croyons-nous, chez M. le Comte de Paris, 1839. Le roi Lear et L'embarquement de Marie Stuart pour l'Ecosse, 1840; Scène tirée du marchand de Venise, et Portrait de Mme P. pastel, 1841 ; Jésus ressuscitant la fille de Jaïre, Ivanhoé soigné par Rebecca, aquarelle ; Le retour de la chasse, 1842; L'adoration des mages, aquarelle, L'aumône de la veuve, 1843; Jésus apparaissant à St Thomas (donné par lui à l'église St Jean Baptiste de Libourne) ; la Promenade, 1844 ; Le repos de la Sainte Famille en Egypte  et La reine Bérengère implorant du roi Richard la grâce de Sir Kenneth, 1845. On a de lui encore plusieurs paysages, portraits, miniatures, dessins au fusain. Beaucoup furent envoyés par lui à des ventes au profit des pauvres. Les portraits dont il est l'auteur  furent offerts aux familles pour lesquelles ils avaient été faits, mais  la plus grande partie de ses œuvres se trouve encore chez Mme Th. Lacaze, à Libourne. M.Lacaze a obtenu : méd. d'or à Paris, en 1838 ; méd. d'argent à Bx en 1838, méd. d'or de la Société philomathique de Bx en 1841, méd. de bronze à Boulogne sur mer, 1843. Légion d'honneur en 1845.

V. dict. Bellier de la Chavignerie, et Catalogue du Musée de Libourne.

(F)

 

LA CHASSAIGNE  (Christophe de )

Anobli par Louis XII, est l'auteur d'un Office de la Vierge avec miniatures.

V. cat .Bancel , 1882, N° 16 p. 28-29

(F)

 

LACOUR  OU DELACOUR Pierre (père)

Peintre, graveur, littérateur , né à Bx le 15 avril 1745, mort à Bx le 28 janv. 1814. Elève du graveur bordelais Lavau, puis  à Paris du peintre Vien ; obtint le second grand prix de Rome ; revient d'Italie en 1774 pour se fixer à Bx, où il dirigea l'école de peinture d'où sont sortis les Alaux, Bergeret, Briant, Gassies, Gué, Monvoisin, etc. Membre de l'Acad. de Bx en 1799; corresp. de l'Institut ; dessinateur de grand talent, il s'occupait de gravure à l'eau-forte et a gravé lui-même plusieurs de ses tableaux, Barincou, Montbrun et Pierre Lacour son fils en ont gravé quelques autres etc.

P. Lacour ne figura qu'au salon parisien de 1802. Parmi ses nombreuses toiles, nous citerons  les suivantes qui se trouvent au musée de Bx: Loth sortant de Sodome; Le bon Samaritain ; Paulin, évêque de Nole; L'avare endormi sur son trésor ; Un mendiant et sa fille ; Portrait de F-L Doucet ; Portrait de L-G. Combes ; Vue d'une partie du port et des quais de Bx ; La visitation ; Portrait d'un acteur ; citons encore : Saint Roch et Saint Jean Baptiste (dans l'église Saint-Louis de Bx) ; le portrait de Romainville (au foyer du Grand Théâtre de Bx). Lacour a peint aussi des marines et des paysages et gravé plusieurs pièces, entre autres le frontispice des Etudes sur la théorie de l'avenir, par F. - C. T. Turbot, Paris, in-8°, 1810. Comme littérateur et archéologue, il a collaboré aux Antiquités Bordelaises, Bx, in-folio, 1806, ouvrage publié par son fils.

Le portrait de Lacour, peint par lui-même, figure au musée de Bx ; un second portrait de lui, peint par Léon Paillères, appartient à l'Acad. de Bx. Il a été aussi gravé par Galard.

V. son éloge par J. F. Laterrade dans le Bull. polymathique de 1814 et la notice de M. Ch. Marionneau dans Salons Bordelais au XVIIIe s. Bx, 1884, pp. 154-159.

(F)

 

LACOUR OU DELACOUR (Antoine)

Peintre, frère du précédent, né à Bx en 1748, mort à Bx en 1837. Elève de Lépicié et de Sicardi, s'adonna surtout à la miniature ; il fut professeur de dessin à l'Institution des Sourds -Muets. Le Musée de Bx possède de ce peintre (N° 823) un portrait de Mlle Briant, sœur de l'artiste de ce nom.

(F)

 

LACOUR Pierre

Peintre, graveur, archéologue, philologue, littérateur, né à Bx le 16 mars ou le 16 avril 1778, mort à Bx le 17 avril 1859, fils du peintre Pierre Lacour ou Delacour.

Fondateur du Musée, secrét. gén.  et présid. de l'Acad. de Bx où il avait été élu en 1811 ; prof. et dir. de l'école de dessin et de peinture de cette ville ; corresp. de l'Institut, (acad. des Beaux-arts) en 1814.  Pierre Lacour a beaucoup gravé ; son talent, un peu froid, ne manque ni de grâce, ni de charme. On connaît de lui : Mon portefeuille, recueil in-folio de 150 dessins lith, tiré à 50 ex. en 1826 ; Album autographique, recueil de 55 dessins, tiré à 20 ex. seulement, 1830 ; en 1836, Etudes sur les vieux maîtres, 20 pl. et bon nombre de dessins, portraits, paysages, qu'il serait trop long de mentionner. Cet artiste lettré a encore publié : Antiquités Bordelaises, 1806, in-fol. avec pl. (Lacour père a collaboré à cet ouvrage) ; Mém. sur des Mercures antiques, Bx, Brossier, 1807, in-8° avec pl. ; De la sculpture chez les Anciens ; Bx, Lawalle, 1816, br., in-8°; Essai sur les hiéroglyphes égyptiens, Bx , Brossier, 1821, in-8° de 296 p., avec pl. Son système sur l'analogie des hiéroglyphes et des caractères hébraïques n'a pas eu l'approbation des érudits (V. l'article d'Abel de Rémusat sur le Journal des Savants, avril 1821). L'Essai n'est cependant pas un ouvrage ordinaire, surtout pour l'époque où il a paru. Æloïm ou les dieux de Moïse, 1830, 2 vol. in-8°, 26 pl. Æloïm figure sur la liste des ouvrages condamnés par la Congrégation de l'index ; Influence morale sociale et progressive du monothéisme, 1849. Origine chez un peuple noir et africain de la langue hébraïque et du monothéisme hébreu, 1850. Ce travail suscita des réponses de MM. Charles Des Moulins  et Cirot de la Ville extrêmement curieuses. Examen des assertions publiées dans le recueil des Actes de l'Acad. de Bx ; contre un mémoire intitulé : Origine , etc… ; Aperçus extrait d'un travail relatif à l'influence morale  et sociale de l'esprit du polythéisme, comparée à celle de l'esprit du monothéisme, Bx, Balarac, 1857, in-8° de 182 pp. Ces quatre dernières publications appartiennent à un grand ouvrage resté inédit et qui devait porter le titre de : Apophis vaincu par les Dieux, et former deux volumes semblables aux Æloïm; quoique basés sur un point de vue reconnu faux, tous ces ouvrages n'en sont pas moins extrêmement remarquables ; Catalogue des tableaux, statues etc du Musée de Bx, par P. Lacour et J. Delpit, Bx, 1855, in-18. Lacour a encore collaboré par la plume et  le crayon au  Bulletin polymathique de Bx, à la Ruche d'Aquitaine, et a été le principal rédacteur du Musée d'Aquitaine en 1823-24, et de La Gironde 1833-34. La France littéraire attribue à Lacour  l'ouvrage suivant : Les monuments de sculpture anciens et modernes, Paris, Bance, 1812, in-f° avec 72 gr.  au trait. Le Catalogue des livres et estampes composant la bibliothèque et le cabinet de feu M. Lacour, Paris, Techener, 1860, in-8° mentionne, sous les N° 167 et 215, les ouvrages suivants : 2,524,000 beaux paysages ; specimen d'un système par lequel on peut composer un nombre infini de paysages aussi facilement qu'on dessine les mots d'une langue, Par P. Lacour, Bx, 1850, 2 vol. petit in-f°, et Croquis faits en traversant le Simplon le 5 et le 6 oct. 1824, par P. Lacour, Bx in-f°, 18 vues. Les tableaux, dessins, gravures, livres et objets d'art délaissés par Lacour furent vendus à Bx du 12 au 23 mai 1859. Cette vente a dispersé un grand nombre de portefeuilles contenant des croquis dessinés au crayon et à la plume ; vues d'Italie, paysages, études d'après l'antique, etc de Lacour et de son père, dont plusieurs sont fort beaux et qui n'ont jamais été gravés. Les collections Jules Delpit et Bordes de Fortage en contiennent un certain nombre. Le catalogue imprimé par Balarac, in-8° de 16 p. renferme quelques indications utiles sur les tableaux, dessins, gravures etc de cette famille d'artistes. P. Lacour avait épousé en 1813 Mlle Lysidice Combes, fille du célèbre architecte girondin. Dans son éloge de Pierre Lacour, Bx, 1862, in-8° de 39 pp., M. Jules Delpit promettait au public une vie de l'artiste bordelais. On doit regretter que l'érudit écrivain n'ait pas encore tenu cette promesse.

(F)

 

LAFARGUE (Jean-Henri )

Peintre, né à Bx le 22 juillet 1788. Elève de Joubert ; entré à l'Ecole des Beaux Arts le 8 oct. 1815. A exposé le Supplice de Tantale, au salon parisien de 1836 et le Volant, à celui de 1838.

(F)

 

LA GUILLOTIERE (François de )

Géographe bordelais du XVIIe siècle , dont on a des cartes de France, atlas de 9 feuilles  gravé par Leclerc et dédié à Louis XIII. Paris, 1613-1622 ; des cartes de l'Allemagne, de la Pologne, et des provinces contiguës ; dès 1584, il avait fait graver une Carte générale de France.

(F)

 

LALANNE Maxime  François Antoine

Dessinateur, aquafortiste et peintre, né à Bx le 27 nov. 1827, mort à Nogent sur Marne le 30 juillet 1886.  Fils du précédent (Antoine Lalanne, greffier de la cour d'appel de Bx  et poète du billard). Ses débuts dans la carrière artistique eurent lieu à Bx où il obtint une médaille de bronze à l'exposition de la Société philomathique en 1850. Fut médaillé la même année à celle de Metz. Vint à Paris en 1852, où il fut élève de Jean Gigoux et où il a exposé à tous les salons depuis 1852 ; méd. de 3e classe au salon de gravure, 1866 et 1874; méd. au salon de peinture, 1873 ; méd. de 2 e classe à l'expo. de Porto, 1866 ;  deux diplômes d'honneur à Amiens, 1866 ; diplôme d'honneur à Nevers, 1872 ; prix du ministre à Laval, 1876 ; méd. à l'expo de Vienne, 1873 (deux sections : peinture et gravure ) ; méd. d'or décernée par l'Acad. de Bx pour son ouvrage La Hollande à vol d'oiseau, 1881 ; chev. de l'ordre du Christ, 1864 ; chev. de St Grégoire le Grand, 1866; légion d'honneur,1875 ; palmes académiques le 31 déc. 1878 ; memb. correspondant de l'Acad. de Bx en 1867 ; memb. du jury à l'expo. internationale du Hâvre, 1868 ; memb. du jury au salon de Paris (peinture), 1869, 1870, 1872, 1875, 1880 à 82 ; membre de la commission des quatre-vingt-dix au salon de Paris, 1881, 1882, 1883, 1884 ; membre du jury à l'expo. d'Amsterdam, 1883; membre correspondant de l'Acad . des sciences, belles lettres et arts de Rouen, 1883.  

Parmi ses nombreux travaux, nous citerons : Chez Victor Hugo, par un passant, texte par Lecanu, 12 eaux-fortes in-8°, Cadart éditeur à Paris, 1864 ; Le billard, traité en vers par Antoine Lalanne, 2 eaux-fortes, in-8° Paris, Aubry, 1866 ; douze croquis à l'eau-forte, d'après nature, 1869 ; douze planches sur le siège de Paris, 1870-71, d'après des dessins faits sur nature aux 5e, 6e, et 7e secteurs, Paris, 1870-71; collection de 75 fusains reproduits par la pantotypie, Paris, Berville et Bernard, 1875; Traité de la gravure à l'eau-forte, texte et 8 pl. in-8°, Cadart, 1866 ; Le fusain, in-8°, Paris, Berville, 1869 ; La Hollande à vol d'oiseau, texte par H.Havard, avec cent soixante-douze reproductions de dessins d'ap. nature, gr. in-8° ; Paris, Quantin et Decaux, 1881 ; La Flandre à vol d'oiseau, par le même, soixante reproductions de dessins, gr. in-8°, Paris, Decaux, 1883 ; Rouen pittoresque, Rouen, Augé, 1886, gr. in-8°; grand nombre de pl. parues dans diverses publications : La Gazette des Beaux arts depuis 1863, L'Art, et l'Illustration Nouvelle, depuis 1868 ; le Porte-folio ; les catalogues illustrés des grandes ventes ; etc; nombreux dessins au fusain, au crayon et à la plume dans l'Illustration, le Monde illustré, le Paris-Guide.

A eu de nombreux élèves  à Paris et à Bx, artistes ou amateurs distingués. A organisé des expositions  particulières de ses œuvres à Paris en 1874, à Bx en 1874, avec un catalogue de 660 numéros, à Marseille en 1875, à Trouville en 1876.

Les musées de Bx, d'Orléans, Troyes, Evreux, Rouen, Lille, Besançon etc, possèdent des dessins ou des gravures de M. Lalanne. Il a laissé un grand nombre de dessins et eaux-fortes et quelques peintures à l'huile vendues aux enchères à Paris ou à Bx en 1887. Maxime Lalanne est à coup sûr au milieu de la pléiade d'artistes peintres ou dessinateurs que Bx a vu naître, un des plus grands, un des plus sympathiques, un de ceux dont notre cité doit le plus s'honorer.

V. l'excellente étude de M. Marionneau sur Maxime Lalanne parue dans la Gironde littéraire du 29 août 1886, publiée à part in-8°, Bx, 1886, et dans Artistes contemporains du Pays de Guyenne, etc, Bx, Gounouilhou, 1889, gr. in-8°.

(F)

 

LAMBERT Pierre Edouard

Peintre, né à Bx le 10 mai 1818. A exposé au salon de Paris de 1836 à 1848 ; en 1869  Enfants et poules et en 1881, une aquarelle de Chevaux normands ; au salon de Bx de 1849 à 1863 ; 2e méd. de l'acad. des Beaux Arts en 1840, logiste en 1842. Le musée de Bx possède de lui  Figure  allégorique de la République de 1848, tableau qui obtint le 2e prix au concours institué par la ville en 1848.

(F)

 

LAROQUE (Mlle )

Auteur d'une lithographie, portrait de Pierre Balguerie-Stuttenberg paru dans la Guienne historique et monumentale. in 4°

v. (F) p. 35

 

LARRUE (Guillaume)

Né à Bx en 1852. Elève de l'école de peinture de Bx, et en 1587 [sic] pensionnaire de la ville à Paris, où il fut élève de Cabanel ; professeur de dessin au lycée de Versailles et aux écoles municipales de Paris. A exposé souvent au salon de Paris : en 1879 St Jérôme ; en 1880, Là j'épie à loisir la nymphe blanche et nue et Indécision, en 1887 Le joueur de clarinette, en 1888, Mélodie. A fait aussi de nombreux envois aux salons de Bx.

(F)

 

LASNES (Jean Etienne)

Graveur. On ignore le lieu et la date de sa naissance et de sa mort, mais on sait qu'il vivait à Bx dans la première partie du XVII e siècle, qu'il se qualifiait du titre de graveur enlumineur de la ville de Bx ; il reste de lui quelques portraits et quelques planches fort rares sur le siège de La Rochelle. En 1887, M. Ch. Marionneau a lu à la Sorbonne, à la réunion des sociétés savantes, un mémoire sur les œuvres de  ce graveur qu'il suppose allié à la famille du célèbre Michel Lasnes, de Caen, graveur de Louis XIII.

(F)

[Notice plus détaillée dans IFF XVIIe siècle. BNF ]

 

LASSALE (Emile)

Peintre et dessinateur-lithographe, né à Bx en 1813, mort le 2 février 1877. Elève de P. Lacour fils, vint à Paris, y débuta par un premier cadre de lithographie, au salon de 1834 et a figuré presque à tous les salons jusqu'en 1869, soit par des tableaux et surtout des portraits, soit par des reproductions de tableaux importants de notre jeune école ou de nos maîtres, que son crayon ferme, onctueux et facile a vulgarisés. Il obtint une troisième médaille en 1847, une première en 1848, des rappels de méd. en 1857, 1859, 1861, Légion d'honneur en 1861; a concouru à l'illustration de : Les cimetières de Paris. Une de ses principales lith. est la Médée d'ap. Delacroix, du musée de Lille.

V. dictionnaire de Vapereau et celui d'Auvray et Lachavignerie.

(F)

 

LAUBADERE (Louis Paul de —) 

Peintre d'histoire et de portraits, né à Eauze (Gers) le 21 juil. 1839. Elève de l'école mun. de Bx, pensionnaire de la Ville à Paris, élève de M. Cabanel. A exposé aux salons de Paris de 1884 et 1886, aux salons de Bx depuis 1884 et dans divers autres salons de province.

(F)

 

LAURIOL (Jean-Gustave)

Né à Bordeaux le 15 avril 1842. Peintre-décorateur du Grand-Théâtre de Bx en association avec M. Artus depuis 1873 ; prof . de perspective à l'école mun. des Beaux-Arts de Bx, prof. de peinture et de dessin d'ornement à la même école depuis 1885. Auteur de Recueil d'opérations de perspective, in -8° et d'un Cours de perspective appliquée, publié dans le Moniteur des aspirantes au brevet de capacité.

(F)

 

LAVAU (André )

Graveur en méd. et pierre fines, né à Bx en 1722, mort à Bx le 22 février 1808. Elève de Roettiers, d'Anvers. L'un des fondateurs de l'Acad. des Arts de Bx, il en fut plusieurs fois le recteur de 1774 à 1793. L'un des douze professeurs de  l'école de cette acad., il forma des élèves devenus célèbres tels que  Lacour, Taillasson, les Paillière et Monbrun-Barincou. Ses travaux figurèrent aux salons de Bx en 1771, 1782, 1787. Fit partie de la Soc. du Museum. Son portrait a été peint par Sicardi.

V. Marionneau, Salons bordelais, p. 161.

(F)

 

LAVAU (Jacques ) le jeune

Frère d'André et comme lui membre de l'Acad. des Arts de Bx, graveur auquel on doit les deux gravures qui se trouvent dans la Dissertation sur un temple octogone et plusieurs bas-reliefs trouvés à Cestas par l'abbé Jaubert, Bx, J.-B. Lacornée, 1743 ; les neuf planches gravées qui accompagnent les Dissertations sur les anciens monuments de la ville de Bx, de Venuti, 1754, in-8°; le joli frontispice allégorique de la brochure suivante : Les voeux de l'humanité, ou lettres sur le spectacle de Bx, Pallandre, 1778, in-8°, Lavau et son frère ont encore gravé quelques ex-libris, notamment celui de M. de Thilorier, cons. au Parl. de Bx.

(F).

 

LAVAU-REVEL (Alexandre)

Peintre, né à Bx le 4 août 1856. Elève de l'école mun. de Bx ; pensionnaire de la Ville à Paris ; élève de Bouguereau, et de Guillement, à l'école des beaux Arts où il a obtenu le 1 er prix de paysage historique en 1879. A exposé au salon de Paris : Idylle, en 1880; Le soir à la campagne, en 1881; Le premier-né, en 1882 ; Le coin des oies, en 1884 ; Sous bois en 1887.

(F).

 

LEBLOND DE LA TOUR (Antoine)

Peintre, né vers 1635, fixé à Bx depuis 1656, agrégé à l'Acad. le 28 déc. 1682. Un des principaux fondateurs en avril 1691 d'une Acad. de peinture et de sculpture qui ne vécut que quelques années. Reçut de l'Acad. de Paris, par faveur, des lettres de provision pour servir à sa réception à l'Acad. de Bx. Cet artiste a publié sous le titre suivant un opuscule aujourd'hui de la plus grande rareté : Lettre du Sieur Leblond de Latour à un de ses amis, contenant quelques instructions touchant la peinture. dédiée à M. de Boisgarnier. R.D.L.C. D. F, à Bourdeaux par Pierre du Coq, imprimeur et libraire de l'université, 1689, in-8° de 79 pp. La bib. de Bx possède un ex.. de ce volume. M. de Boisgarnier, auquel il est dédié, était un amateur bordelais, possesseur d'une importante collection de tableaux. E, 1665, Antoine de Latour succéda comme peintre officiel de la mairie de Bx à Philippe De hay ou Deshays ; il eut pour successeur, le 30  août 1690, Marc Leblond de Latour.

(F.)

 

LECRAN (Mlle Marguerite Zéolide)

Peintre, née à Bx, le 1er janvier 1819. Elève de MM. Picot et Pérignon. A exposé aux salons de Paris de 1848 à 1880 un certain nombre de portraits et de toiles diverses. Mlle Lecran a peint deux grands dessus de porte pour le palais archiépiscopal de Bx, ils représentent : la Cathédrale de Mexico et un pèlerinage à Guadalupe.

(F)

  .
LEUPOLD (Jean Jacques )

Peintre de portraits, d'origine suisse, mort à Bx, le 19 sept. 1795. Prof. de dessin au Collège de Guyenne, succéda en 1770 à Fr. de Bazemont  comme directeur de l'Ecole mun. de dessin de Bx. Fondateur de l'Acad. des arts et l'un de ses prof. C'est lui qui continua jusqu'à la Révolution l'usage qui existait alors de peindre en pied les jurats en exercice. Ces portraits disparurent lors de la démolition du vieil Hôtel de ville. Le musée de Bx possède de lui le portrait d'un Duviella.

V.Marionneau, Les salons bordelais, p. 169.

(F)

 

LONSING (François Joseph) Né à Bruxelles, en 1743 d'après des documents que possède M Georges Lafargue et non à Anvers en 1737 comme l'a dit M. L. de Lamothe, mort à Léognan près Bx le 11 avril 1799. Embrassa très jeune la carrière des armes, puis l'abandonna pour se consacrer à l'étude des arts. Elève de l'école d'Anvers, il y obtint un premier prix de peinture. Fit en 1761 le voyage d'Italie aux frais du prince Charles de Lorraine. Revenu en France en 1768, il séjourna cinq ans à Lyon et y fit son portrait, considéré comme sa meilleure toile, achetée par la ville de  Bx en 1848. Se fixa à Bx en 1783 où il exécuta de nombreux portraits très appréciés. On voit au château de la Loubière à Léognan de belles grisailles dues à son pinceau.

(F).

 


M

MAGOL (René -Marguerite )

Peintre, né à Lyon en 1753, guillotiné à Bx le 15 nov. 1793. Fixé à Bx vers 1780. Agréé à l'Acad . des Arts de Bx en 1783, reçu en 1786, membre de la Société du Musée. En 1787, il exposa dans la galerie de la Bourse plusieurs tableaux, des miniatures et des gouaches. Prit une part active aux événements révolutionnaires ; incarcéré avec les notables, il fit en prison  les portraits  de Romain Dupérier et de Jean-Antoine de Grangeneuve.

V.Marionneau, Salons bordelais, p.173

(F).

 

MARANDON DE MONTYEL (Bruno Edouard-Ferdinand)

Peintre et auteur dramatique, né à Bx en 1782, ou en 1784 d'après Auvray, mort à Paris le 13 mars 1854 ou le 12 mai 1854 d'après Auvray. Ami de M. de Martignac, Ed. Geraud et des autres littérateurs de Bx, Durant sa jeunesse un peu orageuse, il s'occupa plus de politique et de littérature que d'art. Appelé à Paris dès le ministère de son ami M. de Martignac, il y fit de rapides progrès. Comme peintre de paysages, il a figuré à presque tous les salons de Paris de 1834 à 1854, y a obtenu:3e méd. en 1837; 2e méd. en 1839, 1ère méd. en 1841. Légion d'honneur le 28 oct. 1848. Marandon a fait tour à tour de la peinture à l'huile et de l'aquarelle. On a de lui, au musée de Bx : Vue des Pyrénées et Vue d'Italie; au musée d'Orléans, Entrée du parc du château de Montesquieu à La Brède (Gironde) . L'Etat a acheté plusieurs de ses tableaux.

A publié Paul et Lise, com-vaud. Bx, 1804, in-8°; Le vingt-six brumaire ou le Bulletin de la Grande Armée, vaudeville, 1805, en collab. avec Châteauvieux et Migneret; La Guerre pour la paix ou les cinq chansonniers dans l'embarras, vaudeville, 1805.

(F).

 

MARANDON DE MONTYEL (Mlle Nelly )

Peintre, née à Bx, Elève de Robert Fleury. A exposé au salon de Paris 1859 six miniatures dont : portrait d'homme, d'après Van Dyck, de Marie de Médicis, d'après Rubens, de Mme Vve Marandon de Montyel.

(F)

 

MARCOTTE DE QUIVIERES (Augustin Marie Paul )

Peintre, né à Mérignac, près Bx, le 26 mai 1853, fils du précédent ( X. Marcotte de Quivières) Elève de Bouguereau. A exposé au salon de Paris en 1880 : L'heure du bain et Mauvais temps; en 1881, Le plus court chemin; en 1882, Un lavoir à Grand Camp; en 1883, Beau temps; en 1884 Après la pluie ; en 1885, Souvenir de Boulogne sur mer (marine) et Environs de Veulettes ; en 1886, Embouchures ; en 1887, La Seine à Rouen et Marée basse ; en 1888, Novembre. A exposé au salon de Bx depuis 1880 et dans divers salons de province. 

(F)

 

MARIOL (Etienne)

Aquarelliste, né à Ste Eulalie (Gironde) le 23 février 1854. A exposé régulièrement au salon de Bx depuis 1877 et à celui de Paris depuis 1882.Ses œuvres principales sont : Verteuil le soir ; Environs de Bx, Bibelots.

(F).

 

MARIONNEAU (Claude Charles )

Peintre, archéologue  et biographe, né à Bx le 18 août 1823. Entré à l'Ecole des beaux arts en 1846. Elève de Michel Martin Drölling et de Léon Fleury; a exposé au salon de Paris en 1849, 1850, 1857, 1859, 1861, et 1865; élu en 1882 correspondant de l'Institut, (Acad. des Beaux arts) et memb. de l'Acad. de Bx. A publié d'importants travaux sur les arts et sur l'archéologie, parmi lesquels : Description des œuvres d'art qui décorent les édifices de la ville de Bx, 1865, in-8° ; Brascassat, sa vie, son œuvre, Paris, Renouard, 1872, gr. in-8°; Collection archéologique du canton de Vertou, Nantes, 1877, in-8°. Frère André, artiste peintre, Bx, 1878; in-8°; Victor Louis, architecte du théâtre de Bx, etc, Bx 1881; gr. in-8°. Souvenirs de la rue Neuve, in Actes de l'Académie de Bx, 1888.

(F)

 

MARQUESSAC (Marie Urbain, Henri, baron de )

Né  à Nantes en 1832, mort à Nérac le 24 juin 1870. Débuta dans l'armée. Se fixa à Bx après la guerre de Crimée et après son mariage avec Mlle de Guyonnet, fit la campagne d'Italie après laquelle il quitta la carrière militaire. Décoré de la croix du Medjidié et des médailles militaires de Crimée et d'Italie. Il s'adonna dès lors à l'étude de l'hist. et de l'archéologie ; publia, en y ajoutant trois jolies eaux-fortes dues à son burin : Journal du siège de Barcelonne, fait par l'armée du roy commandée par S.A. S. Mgr le duc de Vendome en l'année 1697, copié sur les manuscrits appartenant à M.de Puységur. Bx, imp. Dupuy, 1865, in-4°, 62 p. Chronique du XVIII es. Réponse à M. Jules Delpit, Bx , 1865 ; in-8°, 30 p.

 Mais son œuvre principale, qui le place au nombre des historiens bordelais, c'est : Hospitaliers de St Jean de Jérusalem en Guyenne depuis le XIIe siècle jusqu'en 1793, préceptoreries, commanderies et autres possessions de l'ordre actuellement enclavées dans le dép. de la Gironde, Bx, imp. Vve Dupuy et Cie. 1866, in-4°, orné de nombreuses eaux-fortes hors texte et de vignettes dans le texte. Son burin a fourni aussi plusieurs belles eaux-fortes à l'ouvrage de Mgr Cirot de la Ville sur l'église St Seurin de Bx. Hist et descr. de l'église St Seurin. Bx, veuve Dupuy et Cie, in -4°, 1866.

(F).

 

MARTIN Hugues

Peintre né à Bx en 1809, élève de Sigalon. Attaché comme peintre décorateur à l'Académie de musique, Martin a exécuté les décors de plusieurs opéras et de quelques ballets. Parmi les nombreuses toiles exposées par cet artiste au salon de Paris, de 1845 à 1876, nous citerons entre autres : Callot enfant dessinant au milieu d'une troupe de Bohémiens, 1845 ; Une marche dans le désert, 1855 ; Bataille des Romains contre les Germains, 1855 ; Jésus au jardin des Oliviers, 1864 ; Jardin antique, 1865 ; La vallée des tombeaux, 1876. Il a exposé aussi de nombreux paysages et quelques dessins en 1867 et 1868.

(F).

 

MARTIN-DAUSSIGNY (Edme Camille)

Peintre, né à Bx, élève de Reveil. Directeur du musée de Lyon, légion d'honneur en 1869. Le musée de Lyon possède de lui : Le sommeil de l'enfant Jésus ; Ste Elisabeth de Hongrie.

(F).

 

MARTINEAU (Louis Joseph Philadelphe )

Peintre et poète, né à Conches (Eure ) en 1800, mort à Bx le 9 mars 1868. Rédacteur en chef du Mémorial bordelais, collaborateur du Courrier de la Gironde, mem. du Cercle littéraire et artistique, où il fit de spirituelles lectures . A exposé au salon de Paris, en 1845, La leçon interrompue. On a de lui au Musée de Bordeaux N° 553 Intérieur d'un couvent (acheté par la ville en 1830) ; N° 454 Intérieur d'un cabinet d'artiste ; l'église N.D. de Bx possède de lui : N.D. de la Guadelupe. Il a lithographié : Les frères Faucher, petits portraits bustes de profil. A publié : La physiologie du journaliste de province, Bx, Bessop ; 1841, in-32.

(F)

 

MIALHE (Pierre Toussaint Frédéric)

Peintre et lithographe, né à Bx le 14 avril 1810, mort à Paris le 19 fév. 1881, élève de Picot; direct. de l'Académie de peinture de La Havane, de 1845 à 1854  ; revint en France à cette époque et se fixa à Paris en 1856. A figuré au salon de Paris en 1831, 1833, 1834, 1857, 1859, 1861; son dernier envoi était : Forêt de l'île de Cuba. Le musée de Bx possède de lui depuis 1830: Vue prise de Sassenage, n° 560; Un moulin à eau, n° 561; Vue prise du sommet du mont Bretagne près de Marseille, n° 562. Il est l'auteur de plusieurs litho. représentant les monuments de Bx et d'une publication faite en 1837 en collaboration avec Frédéric d'Andiran et intitulée : Excursions dans les Pyrénées, 100 pl. lithographiées, éd. par Mialhe frères.

(F)

MIGNON (Abel )

Graveur en taille-douce, né à Bx (La Bastide) le 2 déc. 1861. Fit d'abord de la gravure géographique sur pierre. Poussé par Elisée Reclus, il suivit les cours d'une école communale de dessin, puis entra à l'école des Beaux Arts en 1880, ateliers Henriquel-Dupont et Louis Gérôme. Après divers succès, il concourut en 1884 au grand prix de Rome pour la gravure en taille-douce et obtint une mention honorable.

(F)

 

MINGAUD  (Mlle Céleste )

Peintre, née à Bx en 1816. Elève d'Alaux, a envoyé au salon de Paris, en 1865, Portrait du révérendissime Père Alphonse, capucin ; en 1866 Rosier-Jacqueminot, Un marabout, dessin au fusain. On trouve dans la Guienne historique et monumentale quelques lithographies signées Mingaud. On lui doit un portrait lithographié de M. l'abbé Duburg, curé de St Michel.

(F).

 

MOLLIET (Clémence)

Artiste-peintre de fleurs, paysages et natures mortes, née à Castelnau de Médoc, élève de MM. Auguin, Baudit, et Maxime Lalanne, a exposé au salon de Bx, depuis 1874, à celui de Paris depuis 1879, et à divers salons de province où elle a obtenu des méd. à Angoulême (1877), à Epinal (1881), à Tours (1878),  à Amiens ( 1879), à Périgueux (1880), à Châteauroux  (1882), à Dijon (1883), à Rodez (1884) etc. Un grand nombre d'amateurs français et étrangers possèdent dans leurs collections des œuvres de cette artiste.

(F).

 

MONFALLET (Adolphe François )

Peintre de genre et d'histoire, né à Bx le 17 ou 18 sept. 1815,  élève de l'école de dessin de Bx, y remporta tous les prix, fut le premier pensionnaire de la Ville en 1847 à Paris, où il devint à l'école des Beaux Arts, l'élève de Drölling et Yvon ; a exposé à presque tous les salons de Paris de 1848 à 1882 et dans plusieurs expositions de province où il a obtenu des méd. et récompenses, à Périgueux, Dijon, Melun, Bx, etc.

Il a figuré à l'exposition internationale de Londres 1871-72 avec le Causeur et la Récréation musicale; à celle de Vienne 1873 avec Représentation d'un mystère sous Philippe le Bel au  parvis N. D. Le Musée de Bx possède de lui : Entrée de la princesse Eléonore à Bordeaux.

(F)

 

MONSAU ou MONCEAU (N.)

Peintre-paysagiste-statuaire, né à Bx, mort à Bx, vers 1860, dessinateur de la comm. des mon. hist. de la Gir. en 1841 ; a pris part aux expositions de Bx et à celles d'Angers, antérieures à 1853 ; méd. aux expositions d'Angers 1848 et 1853, avait envoyé 6 tableaux à l'exposition de Bx de 1850. Est l'auteur de deux statues, le Commerce et la Navigation, qui surmontent les colonnes rostrales des Quinconces.

(F)

 

MONVOISIN (Raymond Auguste Quinsac)

Né à Bordeaux le 15 mai 1790 ou 1793 ; peintre d'histoire. Elève de Lacour et de Guérin; entré à l'Ecole des Beaux Arts en 1816; 2 e prix au concours pour Rome en 1820 avec Achille demandant à Nestor le prix de la sagesse aux jeux olympiens; il obtint le premier prix en 1822 ainsi que trois ans de pension à Rome. Il a figuré au salon de Paris de 1819 à 1841, en 1858, 1863 et 1864, y a obtenu une méd. de 1ère cl. en 1831 et un rappel en 1837. Monvoisin ayant refusé de modifier son tableau, la bataille de Denain, exposé au salon de 1836, s'aliéna les bonnes grâces du Directeur des musées. Porté sept fois pour la décoration, sept fois cette proposition fut rejetée. Découragé, Monvoisin partit pour Valparaiso en 1842, emportant 18 de ses plus belles compositions. Aussitôt son départ, l'administration retira du musée du Luxembourg les tableaux qu'il y avait , et les envoya dans les dépôts de l'Etat; ainsi il est arrivé que la génération actuelle ne connaît aucune des principales œuvres de Monvoisin. Pendant son séjour en Amérique, il fonda des écoles de peinture au Chili, au Pérou et au Brésil, et parmi les œuvres qu'il y exécuta, on peut citer deux grands tableaux, Le Christ sur la croix , La Prise de Caupolican par les Espagnols, etc. Il fit en outre une foule de portraits de présidents et des généraux des républiques où il passa, ceux de l'Empereur et de l'Impératrice du Brésil, etc. Il fut nommé chevalier de l'ordre de la Croix du Sud du Brésil. A Santiago du Chili, une galerie de peinture porte son nom. Rentré à Paris en 1858, il recommença à envoyer des œuvres remarquées aux salons de Paris. Parmi ses nombreux envois, nous citerons : en 1819, Jésus-Christ guérissant un possédé, au musée de Bx, en 1831, L'exaltation de Sixte Quint (on ignore ce qu'est devenue cette toile) ; Philippe, duc d'Orléans, prend possession du Palais Royal ; en 1835, les Derniers moments de Charles IX, au musée de Montpellier ; les derniers moments du poète Gilbert, au musée de Nancy; La séance du 9 thermidor, au Chili; en 1836, La bataille de Denain, au musée de Bx ; Le musée de Versailles possède plusieurs portraits historiques de cet artiste, qui fut l'une des gloires de Bx. Décédé à Boulogne sur Seine le 26 mars 1870.

Sa veuve, née Dominique Festa, peintre miniaturiste, a légué à l'Ecole des Beaux Arts 800 francs de rente pour fonder deux prix annuels de 400 francs, peinture et musique, et aux musées d'Angers et de Bx divers tableaux et œuvres d'art peints par son mari ou par elle, et acceptés par le maire de Bx le 25 nov. 1881, sur un rapport de M. Dumilatre, dans lequel nous lisons: "l'ensemble de l'œuvre de Mme Monvoisin se recommande tant par la distinction du dessin, sa correction, son ampleur même, que par un style sévère et châtié. "

V. Larousse, Grand dictionnaire.

(F).

 

MONVOISIN (Gaston, Raymond Ernest )

Neveu du précédent, graveur sur bois, né à Bx en 1821, élève de Trichon, a exposé au salon de Paris : en 1880, Frank se démasquant, d'après un tableau de Richier; en 1881, La petite vachère, d'après Bonnot, et Le droit de sortie à Bx, d'après Dupain, gravure sur bois pour le Magasin Pittoresque ; a fourni en outre des gravures au Tour du Monde, ainsi qu'aux ouvrages illustrés par G.Doré : le Dante, la Bible, les Fables de La Fontaine, etc.

(F)

 

MOUSQUET (Léon)

Portraitiste, né à Bx le 7 déc. 1874. Elève de Gros et de Dubufe père, a été longtemps en vogue à Bx ; aussi n'y a-t-il pas un salon du grand monde qui ne possède une toile, une aquarelle ou un pastel de sa main. Parmi ses nombreux travaux, citons au Palais, les portraits des prem. présid. Ravez et de la Seiglière ; au Cercle philharmonique, celui de son ancien président Emerigon. Notre scrupuleux et habile portraitiste  terminait le portrait en pied de S.G. Mgr de La Bouillerie, lorsque la mort est venue l'enlever à ses travaux et à ses nombreux amis.

(F)

 

 

 

N

NETSCHER (Théodore)

Fils de Gaspard Netscher, peintre, né à Bx en 1661, mort en 1732. Son esprit aimable, sa physionomie sympathique le firent rechercher dans le grand monde ; excellant dans le portrait, ses succès furent grands à la cour, où il peignit les personnages les plus considérables et surtout les femmes. La France, la Belgique, l'Allemagne et l'Angleterre possèdent un grand nombre de portraits dus au pinceau de cet artiste, mais ils ne sont pas signés pour la plupart. Nous citerons ceux de Frédéric I er roi de Prusse, de Frédéric-Guillaume I er, du conseiller Slingelandt, etc, etc. On doit aussi à Netscher quelques copies d'après Van Dyck, d'une finesse extrême et d'une remarquable exactitude. 

(F).

 

 

O

 

OLIVIER (Thomas)

Peintre et décorateur, né à Bx le 2 nov. 1772, mort à Bx le 20 oct. 1839. Elève de Gonzalez et de Lonsing. on trouve de lui chez M. Jules Delpit, deux dessins importants et curieux, reproduisant la maison du président Espaignet, qui existait autrefois rue des Bahutiers . M. E. Lalanne possède de lui une vue des ruines du Palais-Gallien de Bx peinte vers 1803.

(F.)

 

 

P

 

PALLIERE (Jean Baptiste )

Graveur, né à Bx en 1755, mort à Bx le 17 déc. 1827. Auteur de figures pour des livres publiés dans la région et de quelques jolis portraits. Son portrait, gravé par Etienne, son frère, figurait dans les galeries de l'art ancien à l'exposition de Bx de 1882. il appartient à M. Jules Delpit. Il eut deux fils: Armand Julien et Louis-Vincent -Léon.

v. p. 158 s.v. Crêtu.

(F), article de Borde de Fortage.

 

 

PALLIERE  (Etienne le chevalier )

Peintre, frère du précédent, né à Bx  vers 1756, mort le 28 décembre 1820 ; élève de Vincent. A exposé au salon de Paris : en 1798, Une femme assise sur un rocher ; en 1799, des portraits et trois tableaux de genre ; en 1800, le Rosier défendu, en 1801, le Sacrifice de l'amour; en 1804, Pan et  Syrina. Son portrait par Mlle Capet a été exposé au salon de 1802.

(F)

 

PALLIERE (Armand Julien )

Peintre, né à Bx en 1784, mort à Bx le 27 nov. 1862. A exposé au salon de Paris : en 1808, Honneurs rendus à Rubens, tableau médaillé ; en 1810, Mort d'Epaminondas, et l'Apothéose du duc de Montebello ; en 1814, Vénus et Adonis. Le musée de Bx possède de lui depuis 1855 Sacre de Mgr de Trelissac.

(F)

 

PALLIERE (Louis Vincent Léon )

Né à Bx le 19 juil. 1787, mort à Bx le 28 déc. 1820. Peintre de talent, élève de Vincent, obtint en 1809 le deuxième grand prix, en 1812 le premier grand prix de peinture à Paris, premier prix de Rome avec Ulysse et Télémaque  massacrant les poursuivants de Pénélope ; en 1819, exposa à Paris : Saint Pierre guérissant un boiteux, et obtint médaille de première classe (V. liste des tableaux dans la Biographie universelle  et portative des contemporains, 1836). On trouve de lui au musée de Bx : N° 576, Berger en repos; n° 577, Mercure et Argus; n° 578, Délivrance de saint Pierre. L'église Saint Pierre de Bx possède son dernier tableau, achevé par son ami Picot, devenu membre de l'Institut. Le portrait de Léon Pallière a été lithographié par de Galard, ainsi qu'une vue du monument que ses concitoyens lui ont élevé au cimetière de la chartreuse. On a donné son nom à l'une des rues qui avoisinent la gare du midi.

V. son éloge dans la Ruche d'Aquitaine du 13 déc. 1820; v. aussi le Miroir du 20 avril 1821.  

(F)

 

PAPIN (Jean Pascal Adolphe )

Peintre d'histoire  et surtout de portraits dans les quels il mettait beaucoup d'art et de ressemblance, né à Bx le 25 ventôse an X (1802) , mort à Bx le 22 nov. 1880. Elève de Lacour, fils, de Gros et de Regnault. A exposé aux salons parisiens de 1834 à 1879 un grand nombre de tableaux d'histoire et de portraits parmi lesquels nous citerons : portrait de MM. Roulet, premier président à la cour de Bx, Maillard, Lacour père, (S. de 1847) H. Brochon, maire de Bx, (S. de 1867), de Crugy. A exposé à presque tous les salons bordelais de 1854 à 1880 . L'acad. de Bx lui a décerné une médaille d'or pour les portraits envoyés au salon de 1865. Le Musée de Bx possède de lui : portrait de Lacour fils, portrait du père de l'auteur, portrait de M. et Mme A. Papin, portrait de E. Bailly, Scythès tendant l'arc de son père. La Bibliothèque de la ville possède de Papin le portrait du Dr Marchant, donné par Mme Vve Marchant.  

(F)

 

PERAC ou PERRAC (Etienne du )

Artiste bordelais du XVI e siècle. Architecte, peintre et graveur, né en 1560 ; il alla en Italie étudier les monuments de l'Antiquité et les grava dans le goût de Tempeste. Quelques-uns de ses tableaux de la salle des bains de Fontainebleau sont dus à son pinceau. Plusieurs dictionnaires biographiques font naître Pérac (Etienne du ) ou Dupérac (Etienne) à Bordeaux, d'autres à Paris où il est mort en 1601.

(F)

 

PERAIRE (Paul -Emmanuel )

Peintre, né à Bx le 12 sept. 1829. Employé d'agent de change, élève d'Isabey et de Luminais ; reçu au salon de Paris en 1875 à l'âge de 45 ans, il y a été admis depuis tous les ans. Nous citerons parmi ses envois : Bords de la Marne, 1877, qui obtint une grande médaille de 1ère classe; Le moulin des Andelys, 1879 , acquis par l'Etat et envoyé au musée de Bordeaux, La Seine à St Denis, 1880, méd. de 3e classe à Paris; Le château Gaillard aux Andelys, 1883, envoyé à Nice où il a obtenu méd de 3e classe ; Le marais à Ballancourt, 1886 ; Le brouillard du matin, 1887 ; Coteaux d'Essonne et Février, en 1888.

(F)

 

PHELIPEAUX (Antoine)

Graveur, né à Bx en 1767. Elève de François Janinet, de 1803 à 1816 ; cet artiste a beaucoup gravé pour le grand ouvrage publié par la commission d'Egypte. Il a fourni de nombreuses planches pour les ouvrages de Redouté, de Duffort, etc, (histoire naturelle et fleurs ). Il a exposé au salon de Paris de 1804 une Suite de plantes d'après les dessins de M. Redouté.

(F)

 

PHILASTRE ( Humanité René)

Peintre décorateur, né à Bx le 2 floréal an III, 21 avril 1795, élève de son père, entre à l'Ecole des Beaux Arts le 29 oct 1806. On a de cet artiste un grand nombre de paysages à la sépia et à l'aquarelle. Il fut pour ce genre attaché à la décoration de l'Opéra à Paris, et la restauration du grand théâtre de Brest lui fut confiée. Il exécuta aussi des décors pour les théâtres de Lyon, de Lille etc .

(F)

 

PHILIPPE (Jules et Victor )

Dessinateurs, lithographes, nés à Bx en 1819, étaient fils jumeaux d'un chirurgien-major de l'hôpital militaire de Bx, habitèrent Bx, surtout Jules de 1840 à 1870, dessinèrent et lithographièrent de nombreuses vues de Bx et des environs. On leur doit le plus grand nombre de planches de la Guienne historique et monumentale  et de nombreux portraits d'artistes dramatiques. Victor est mort à Bx le 30 juin 1841, Jules s'est retiré à St Mandé près de Paris.

(F)

 

PIGANEAU (Emilien, Auguste, Adrien )

Peintre, archéologue, né à Aix (Bouches du Rhône) le 10 sept. 1833. Fit ses études au lycée d'Auch de 1844 à 1851. Elève de l'Ecole de Beaux Arts à Paris, 1856-1861. Prof. de dessin dans plusieurs institutions de Bordeaux de 1861 à 1882 ; prof. adjoint à l'école mun. de dessin et de peinture de Bx depuis 1878 ; membre de la com. des monuments historiques de la Gir. depuis 1869, il en est l'archiviste. Memb. . correspondant de la Soc. des Antiquaires de l'Ouest et de la Société Française d’Archéologie ; membre de la Société des archives historiques de la Gironde, son vice-président en 1878, et son président en 1879 ; l’un des fondateurs de la Société Archéologique de Bx, en a été le secrétaire de 1873 à 1883, le vice-président en 1885, le président en 1886. Poète à ses heures, il a collaboré au journal Le Progrès. A publié de nombreuses études archéologiques dans le Bulletin de la Société des antiquaires de l’Ouest, dans les Actes de la Société Archéologique de Bx et l’Ami des monuments. A publié à part : Lormont archéologie et particularités historiques, Bx 1878, Album-guide de St Emilion, 1888, in-18 ; a écrit une Histoire de Bx, récompensée au concours ouvert par la municipalité ; possède de riches cartons de dessins archéologiques et des documents historiques manuscrits sur le dépt. de la Gironde.

Nommé en 188 conseiller municipal de St Emilion, il a été chargé de la transcription et de la mise en ordre des archives de cette ancienne ville forte. 

 (F)

 

PLASSAN (Antoine-Emile)

Peintre, né à Bx le 19 sept. 1817. Un grand nombre de toiles émanant de cet artiste ont figuré au salon de Paris de 1846 à 1887, où il a obtenu médaille de 3 ème classe en 1852, 1857, 1859 ; chev. L.H. en 1859. Citons parmi ses œuvres principales : Après la collation (A M. le comte de Morny), salon de 1852 ; La Lecture du roman (A l’impératrice Eugénie) salon de 1861, rééxposé en 1867; La famille (à M. le marquis de Lansdewre) salon de 1863 ; Le lever , salon de 1865 ; Départ pour le baptême (acheté par l’Empereur), salon de 1867 ; L’enfant malade (à M. Akermann), salon de 1874 ; L’enfant malade ( à S. E. M. du Bois à La Haye) salon de 1887 ; Il dort et Le Matin.

(F)

 

POITEVIN (Pierre Alexandre)

Peintre et architecte, né à Bx le 24 fév. 1782, mort à Bx le 7 avril 1859, élève de Fontaine de Percier et de Régnault. Il donnait des leçons de dessin dans une pension des environs de La Réole, lorsque M. de Marcellus lui procura le moyen d’entrer à l’Ecole des Beaux Arts, le 1 er janvier 1809 ; architecte du dépt de Lot-et-Garonne, ensuite de celui de la Gironde, et de la ville de Bx ; prof. de dessin d’architecture  au collège de Bx. Le musée de Bx possède de M. Poitevin, sous le N° 592, L’âge d’or ( donné par Mme Poitevin en 1859) signé d’un monogramme ; a exposé au salon de Paris en 1810 : Une école des Beaux Arts et un Intérieur de musée ; en 1836, Les colonnes rostrales de Bx, peinture.

Se fixa à Bx comme architecte  vers 1815, transforma l’abbaye d’Eysses en maison de détention (1820), construisit le palais de justice d’Agen, les prisons, le palais de justice et l’hôtel de ville de Marmande, l’hospice des aliénés de Cadillac et transforma dans la même commune le château des ducs d’Epernon en maison de détention.

Il construisit à Bordeaux les colonnes rostrales de la place des Quinconces (1828) et les façades des églises St Seurin et St Eloi ; l’église de St Nicolas, l’hôtel de Verthamon, 13 cours de l’Intendance. A écrit un Résumé de l‘histoire des arts depuis leur origine jusqu’à l’époque actuelle, nouvelle éd. Bx, Faye, 1846. in-8°. Son nom a été donné à l’une des rues de Bx.

V. L. de Lamothe, Notice sur Poitevin, dans l’Ami des Champs, 1859, p. 314 ; du même, Lacour et Poitevin, Paris, 1859, in –8°.

(F)

 

POTIÉ ou POTHIÉ (Mme Marie Louise Onésime )

Peintre sculpteur, née à La Rochelle le 26 juillet 1830, morte à Bx le 13 juin 1863 ; élève de MM. Marionneau , L.Drouyn et Maggesi ; elle exposa aux salons de Bx des tableaux et des groupes d’animaux en cire ; le musée de Bx possède de cette artiste un joli paysage sous le n° 594. M. Henri Devier, critique d’art, a publié dans la Gironde du 11 juin 1865 un article nécrologique qui rend bien la physionomie de cette femme artiste, morte prématurément.

(F)

 

PRADELLES ( Hippolyte )

Peintre, né à Strasbourg le 22 mars 1824 ; fils d’un chef d’escadron d’artillerie ; élève de G. Guérin et de Gustave Brion. A ouvert à Bx en 1863 un atelier d’élèves d’où sont sortis  des artistes et des amateurs distingués ; entre autres , MM. Arcos, Al. Smith, Rousse, Cabié, Guédon etc. A figuré au salon de Paris, tous les ans depuis 1863. A celui de Bx depuis 1862, et dans divers salons en province ; a obtenu mention hon. à Avignon, mention et méd. et rappels de médailles à Montpellier, méd. d’argent à La Rochelle en 1866, méd. à Rochefort en 1883.

Parmi ses principales œuvres, nous citerons : A Floirac (effet d’automne) ; Lormont, acheté par l’administration des Beaux Arts à Paris ; Mouleau près d’Arcachon, acheté par la ville de Bx pour son musée ; Rayons de soleil à travers le brouillard à Cestas, acheté par M. Deganne à Arcachon, La Font St Jean et Une ferme aux environs de St-Georges de Didonne, achetés par le même ; A Pessac à M. Wachter.

Nous citerons du même artiste plusieurs sujets militaires tirés de ses souvenirs de Crimée : Les zouaves à la tranchée, à M. Tournon, Zouave, souvenir de Crimée, à M. le comte Lemercier, de Saintes ; et de plus parmi les principaux paysages, Crépuscule dans les Landes à Ychoux ; Le 16 janvier 1881 aux environs de Bordeaux (effet de neige) ; Le terrier de l’attache à St Georges de Didonne ; Le moulin de Chabreville, près de Guitres, Le Larry à Chabreville, acheté par l’Etat en 1883 ; Belle journée de septembre, à Chabreville ; Tempête au 2 septembre 1883 à Hendaye, appartient à Mme P. Dupuy, etc ,etc. ; Ychoux, Landes, 1888 ; A Eynesse, près Ste Foy la Grande, acheté par la ville pour le musée de Bx en 1888.

(F)

 

PRADELLES (Eva)

Fille et élève du précédent, née à Bx en 1868, aquarelliste, a exposé au salon de Paris en 1887 : A Eynesse (Gir.) ; en 1888, Le serpent.

(F)

 

PREVOT (Sébastien Edmond)

Sculpteur, né à Bx le 4 nov. 1838 ; élève de M. de Coëffard ; lauréat de l’école de dessin et de peinture de Bx , de l’école des beaux-arts où il eut pour maître Jouffroy ; pensionnaire de la Ville en 1858. Parmi ses principaux travaux ayant figuré au salon de Paris, nous citerons : Jeune Berger, 1874 ; Montesquieu, marbre acquis par l’Etat, 1876, et donné à la ville de Bx, Bustes, 1882 ; Joseph, 1883 ; monument funèbre, et buste, 1884. Ouvrages exécutés à Bx : quatre statues colossales, façade de l’église Notre Dame ; deux statues à la mairie ; le fronton de l’école professionnelle ; six statues au grand séminaire de Bx, quatre au clocher de Verdelais ; le chemin de croix, cinq statues, l’autel St Jean, surmonté d’un groupe en pierre de grandeur naturelle, et la Samaritaine, bas-relief colossal à St Michel de Bx ; monument funèbre à la mémoire des médecins et pharmaciens morts à Gorée en 1878, victimes de leur dévouement ; monument funèbre à la mémoire d’Ed. Laporte, mort à Soulac victime de son dévouement ; un des trois bas-reliefs de la façade du palais des nouvelles facultés, celui de gauche en regardant cette façade, direct. de l’école municipale de sculpture depuis 1886. Palmes académiques en janv. 1886 ; membre de l’Acad. de Bx en 1888 en remplacement de M. de Coëffard.

(F)

 

PRINCETEAU (René Pierre Charles)

Peintre sculpteur, né à Libourne (Gir.). Il n’eut pour professeur que la nature et entra à l’Ecole impériale des Beaux Arts avec le n° 7, atelier de Dumont ; remporta la 3ème et la 2ème médaille au concours de composition. A exposé au salon de Paris : Pilote, étalon monté par M. de Laage, statuette équestre, 1868 ; Patrouille de uhlans, peinture, 1872 ; Buste en marbre de M. le Dr Tardieu, 1873 ; Portrait équestre du maréchal de Mac-Mahon, peinture, 1874 ; Portrait équestre du comte de Chamflour, peinture, 1876 ; Id. du comte de Toulouse–Lautrec, peinture, 1878, Relais, équipage Ramier de Franchauvé, peinture 1880, mention honorable ; Vedette, peinture, 1881, à M. de Kuyper ; Un vieux solitaire, peinture, 1882, Intérieur d’étable, peinture, 1883, 3e méd.(à M. Solacroup) ; Labourage, peinture, 1884, à M . Paul Gravier) Equipage de bœufs, 1885, 2e méd. et dès ce jour hors concours (acquis par la ville de Bx) ; Retour à la ferme, 1886,( à M. de Lavaux-Martin) ; Arrivée au pressoir, 1889, (à M. Calvé). Parmi ses œuvres remarquées, nous citerons : Hallali de Renard (au baron Finot) ; il a fait un grand nombre de portraits équestres, nous citerons ceux du duc de Brissac, du duc Decazes, de la Ctesse de Toulouse –Lautrec, du cte du Passage, de Mlle de Juigné, du mis de Chabrillat, du cte de Ruillé, de Mme Courtin, du Mis de Sauvagnac-Rabar. Il a fait aussi ceux de Frontin, vainqueur du grand prix de Paris en 1883 (à M. le duc de Castries), Etoile, vainqueur du derby de Bx  de 1883 (à M. Fould), Little Ducke, vainqueur du grand prix de 1884 ; de Boissy, vainqueur du grand steeple–chase d’Auteuil, 1884 (A M. Andrews) ; Reluisant, vainqueur du derby de 1885, Chantilly (au cte de Tredern) ; de vingt-deux chevaux d’équipage de Mme la baronne Salomon de Rothschild. Panorama de 160 chevaux et de la charge de Balaklava ; de 70 chevaux du panorama de Reichshoffen. Charles René Princeteau a la passion des chevaux et des chiens, qui sont ses compagnons. C’est l’un des plus ardents amateurs de chasse à courre de Paris où se trouve son atelier.

(F)

 

 

PUYRENIEZ (Fort)

Peintre, né à Bx en 1805. Elève de Galard, obtint la 1ère médaille de paysage à l’exposition de Bx en 1830. On a de lui au musée de la ville : n° 603 et 604, deux tableaux  Vue prise à Floirac. En 1850 il envoya de nouveau des paysages à l’exposition de la Société Philomathique.

(F)

 

Q

QUINSAC (Paul)

Peintre, né à Bx le 2 mars 1858 ; élève de l’école de Bx en 1879 ; à Paris , élève de L.Gérôme ; a exposé à Paris et à Bx depuis 1880. A obtenu une mention hon. en 1884, à l’école des Beaux Arts le prix d’atelier, 1882 et 1883, la 3ème médaille d’antique en 1882, le prix de la tête d’expression fondé par M. de Caylus en 1884 ; entré en loge en 1884 et 1885.

Ses principales toiles sont : Mgr Donnet archevêque de Bx sur son lit de mort (à M. Frugès de Bx) ; Esméralda ( à M. M. Arnaud de Bx ) ; Le critique influent, 1885 (à M. le baron Gérard). Il a envoyé au salon de Paris de 1887 le Portrait  de Mme O.J. et Au moulin de la Galette ; à celui de 1888 le Portrait de M. Géraudel ; la Tentation de Saint Antoine, tableau ayant obtenu le prix du Gonot à l’exposition municipale des beaux arts à Rouen nov. 1884 ; a peint l’un des plafonds magnifiques de salons de l’hôtel de M. Piganeau.

(F)

 

QUÉVA

Sculpteur ornemaniste, né vers 1766, mort à Bx vers 1850. A travaillé sous la direction de M.Combes à la tribune de l’orgue de St André et aux boiseries du chœur. C’est à lui que l’on doit la décoration du tombeau de l’architecte Bonnard  à la Chartreuse, et la couronne de fleurs qui surmontent le mausolée de Mlle Seignan dans le même cimetière.

V. notice par Laboubée, 10 e vol. p. 3. et Marionneau, Description des œuvres d’art.

(F)

 

R

RAMADE (Eugène )

Peintre de genre, né à Bx en 1802, ancien camarade et ami de Brascassat, élève de Lacour fils à Bx, et de Michel Gué à Paris ; méd. d’argent de la Soc. Philomathique en 1827 ; a participé aux premières expositions de la Société des Amis des Arts de Bx. Le musée de Bx possède de lui : Intérieur de l’église de Bazas, d’après le catalogue du musée par M. Vallet.

(F)

 

RANCOULET (Ernest)

Sculpteur, né à Sorrèze (Tarn) le 5 avril 1842, neveu des précédents (Rancoulet). Marin de 1855 à 1866 ; élève de l’école municipale de sculpture de Bx et de M. Lequesne ; pensionnaire de la Ville de Bx à l’Ecole des B.A en 1868.

A exposé au salon de Bx, en 1867, divers portraits médaillons ; en 1868 portraits, bustes, médaillons en marbre et Christ à la colonne ; en 1869, des Etudes ; en 1870, un Philopœmen.

A exposé au salon de Paris, dès 1859, portraits , bustes et double médaillon ; en 1870, La ville de Bx, en 1876, Hercule vainqueur de la mort et un portrait–buste.

Un grand  nombre de groupes et de statues portant sa signature ont été exposés par divers éditeurs aux expositions des arts industriels.

(F)

 

RAQUINE (Fernand de )

Peintre, né à Lugon (Gironde) le 13 février 1846, élève de MM. Jaumot et A. Herst. A exposé au salon de Paris, en 1869, Ancienne route entre les carrières de Saint Germain la Rivière (Gironde) ; en 1870, Le viaduc, bord de la Seine.

(F)

 

RASTOUIL (N.)

Sculpteur-ornemaniste, né à Carcassonne en 1796, vint à Bx en 1831 et ne quitta plus cette ville où il mourut vers 1870. Rastouil avait suivi l’atelier de David d’Angers où il avait connu Jouffroy, devenu membre de l’Institut.

Les principaux travaux de Rastouil furent exécutés sous la direction de M. Thiac, architecte, notamment au palais de Justice. En 1834, Rastouil obtint une médaille à l’exposition de la Société philomathique.

(F)

 

RAVAYRE (Emile Jean Jacques )

Peintre, né à Bx le 27 sept.1829. Elève de J.-P. Alaux à l’école mun. de peinture de Bx ; pensionnaire de la ville à Paris, entra dans l’atelier de Picot, obtint une médaille la première année. A exposé aux salons de Paris ; à ceux de Bx depuis 1849 et dans divers salons de province où il a obtenu plusieurs mentions ; s’occupe plus spécialement de portraits et de l’enseignement du dessin.

(F)

 

 

REDON (Bertrand Odilon)

dessinateur, frère du précédent (Redon Félix Ernest, musicien), né à Bx le 20 avril 1840. Elève de Gorin, Bresdin et Gérome. Parmi ses principaux travaux nous citerons six albums de dessins lithographiés ; Paris, Fischbacher : Dans le Rêve ; A Edgard Poë, Les Origines, Hommage à Goya ; Dans la nuit ; A Gustave Flaubert.

(F)

 

REYMONENCQ (Louis )

Dr., médecin, artiste à ses heures, né à la Guadeloupe le 24 février 1819, mort à Bx le 22 mars 1882. c’était un habile méd. doublé d’un artiste. Il maniait le burin avec talent et on lui doit un petit nombre de gravures qui témoignent de quelque mérite. Il fut l’un des fondateurs de l’Association médicale de la Gironde. C’était un clinicien de premier ordre.

V. La Gironde du 24 mars 1882.

(F)

 

RICHARD (Alexandre, Louis Marie Théodore)

Né à Millau (Aveyron) le 24  nov. 1782. S’adonna tout jeune à l’étude de la musique et surtout à celle de la peinture. En 1803 il dut abandonner ses rêves artistiques pour entrer dans l’administration du cadastre. Devint en 1818 géomètre en chef du cadastre de la Gironde. Fonda à Bx une société des amis des arts  qui avait surtout pour but d’encourager les talents et de perfectionner le goût musical. Il en fut le premier président.

Il eut le mérite de pressentir le grand talent du jeune R. Brascassat, la générosité de se dévouer à son instruction et à son éducation comme il l’aurait fait pour son propre fils et d’ajouter aux célébrités bordelaises un nom qui sans lui n’aurait peut-être pas atteint la gloire à laquelle il est arrivé. Les musées de Bx, Toulouse, Montpellier, Aurillac possèdent des œuvres de Th. Richard.

 

RICOEUR (N.)

Peintre de fleurs, memb. de l’Acad. de peinture de Bx de 1772 à 1789. On ignore la date de sa naissance et de sa mort.

V. Les salons bordelais au XVIII e s.

(F)

 

RIDEAU-PAULET (Mlle Marie Thélika)

Peintre, née à Bx, Elève de M.Legras et de Mme D. de Cool ; a exposé des portraits sur porcelaine au salon de Paris de 1879 à 1882.

(F)

 

ROBERDEAU (N. )

Dessinateur, orfèvre, ciseleur. Il fit partie de l’ancienne Académie de peinture, sculpture, architecture civile et navale de Bx. Roberdeau est l’un des derniers artistes argentiers bordelais qui ont laissé le souvenir de leur corporation à la rue qu’ils habitaient ordinairement, près du Palais de l’Ombrière et de l’ancien Hôtel des Monnaies. La carte d’adresse de Roberdeau : au Vaze d’Or, a été gravée par Cochin fils.

(F)

 

ROCCA (Alfred de la)

Né à Bx. A pris part au salon de Paris en 1878, 1879, 1880, 1882 et à plusieurs expositions des Beaux arts en province où il a obtenu en 1882 à Clermont-Ferrand, méd. de bronze ; en 1885 au concours régional de Moulins, méd. d’argent.

(F)

 

ROGER (Bazile Augustin)

Né à Bx le 7 mars 1778, mort à Bx le 3 août 1830.. Fils de J. Roger, qui fonda avec une tante de sa femme, Marie Brizard, une maison de commerce dont la réputation est devenue universelle.

B.-A. Roger fit son éducation à Sorèze, alors dirigé par les Bénédictins, et reçut là ses premières leçons de dessin d’un professeur italien ; voyagea en Allemagne, et se maria à Bx avec Mlle Laurens. Après avoir pris quelques leçons de Lacour son goût pour le dessin et la peinture augmenta. Il cultive avec succès l’aquarelle et devint l’un des aquarellistes les plus distingués de son époque : il donna des leçons à Brascassat . Il excellait dans le paysage qu’il peignait presque toujours d’après nature avec une grande vigueur de coloris et un sentiment profond. Rarement il vendait ses aquarelles.et en faisait le plus souvent hommage à ses nombreux amis. Sa famille en possède aussi une belle collection.. On en trouve plusieurs dans l’album de M. Fieffé conservé aux Archives mun. de Bx.

(F) 

 

ROULLEAU (Jules Pierre )

Sculpteur, né àLibourne, le 16 octobre 1855 ; élève de Cavelier, E. Barrias, et E. Lafon ; 1er 2ème grand prix de Rome de 1880 ; a exposé au salon de Paris depuis 1878 divers portraits médaillons ou bustes ; son exposition de 1882 comprenait la statue de Carnot, érigée à Nolay (Côte d’Or ) après un concours entre 84 concurrents, et une statuette en bronze : Hébé ; a obtenu une méd. 2ème cl. cette même année. Par suite a été déclaré hors concours. A exposé en 1884 un groupe en plâtre : Léda

(F)

 

ROUX (Jacques Louis ) dit Browne

Né à Bx le 16 sept. 1824 ; peintre, élève de Camille Roqueplan et de Belloc ; entré à l’école des Beaux Arts le 7 avril 1847 ; exposa sous le nom de Browne (Jacques Louis) des chevaux et des chiens  au salon de Paris de 1848, des portraits de 1850 à 1880, à l’exception de Vision d’un penseur, Le génie de l’Avenir, exposé 1859.

 

ROY (Jos)

Maître-peintre, natif de Dans (comté de Flandre) Il vint à Bx, où il se maria en 1594. Par délibération de la jurade du 10 sept. 1611, il fut nommé peintre de l’hôtel de ville, à raison de 60 livres par année. Il mourut vers 1625.

Voir Ch. Marionneau , Anciens artistes aquitains et peintres officiels du vieux Bx.

(F)

 

 


 

S

SABAROT (Georges )

Archit. bordelais du XVIIIe s. C’est lui qui construisit de 1787 à 1788 la chapelle des Minimettes et le portail de leur couvent qui n’existe plus. Les dessins originaux de ces constructions font partie du cabinet de M. J. Delpit.

(F)

 

SABATIER  (Michel Léo)

Né à La Réole le 14 août 1826. Elève de l’école de peinture de Bx et de l’Ecole des beaux-arts de Paris où il a été médaillé ; a collaboré aux peintures murales de la Salle des Etats, de la chapelle de l’hôpital  de La Riboisière à Paris, a fourni des dessins à la Vie parisienne et autres recueils ; a dirigé les travaux de chromolithographie de la maison Didot.

(F)

 

 SAILLAC (Mlle Carmel Marie )

Née à Bx. Elève de Mme Delphine de Cool, peintre, a exposé des sujets divers sur porcelaine, aux salons de Paris de 1878 :La foire aux servantes en Alsace, en 1879 ; Fille des champs, La Charité en 1880.

(F)

 

SAINT ANDRE (Le Bagois de )

Ingénieur en chef des ponts et chaussées de la province de Guyenne en 1746, mort en 1774. Saint André fit des travaux au collège la Madeleine ; il fut aussi chargé de réparations à faire au Palais de l’Ombrière en 1768. Il recevait 1210 livres par an comme directeur de la carte de la province de Guyenne. Il est l’auteur du premier projet d’un pont en pierre sur la Garonne devant Bx. En 1770, Saint André fut reçu comme amateur associé de l’Acad. des Arts de Bx.

(F)

 

SAINT-ANGEL (Michel Lynch, comte de )

 Sculpteur et dessinateur, né au château de Montbreton à Gensac (Gironde) le 25 janvier 1840 ; fils de Jean-François Charles Victor, comte de Saint Angel, décédé le 13 juin 1888. A exposé aux salons de Paris en 1866, 1867, 1868, 1869, 1870, et en 1887 des animaux (cire et plâtre) en 1878, 1879, 1880, des paysages au fusain ; a été reçu pour un groupe de grands chiens courants (plâtre) à l’exposition universelle de Paris ; a exposé à Bx plusieurs fois des bronzes, des cires ou plâtres avant 1870, et en 1881, 1882, 1883, des fusains et des paysages à l’huile en 1888 et 1889 ; a exposé dans les salons de province; a obtenu à Périgueux une mention honorable pour animaux de bronze, 1880 ; propriétaire d’un grand vignoble, il s’occupe aussi de vignes américaines.

(F)

 

SAINT-ANGEL (Pierre Charles Gabriel de ), frère du précédent

Sculpteur, né au château de Montbreton à Gensac (Gironde) le 31 oct. 1841, frère du précédent. Elève de Dumont, Bonnassieux et Maggesi ; a exposé des statues groupes et un haut-relief (plâtre) aux salons de Paris de 1868, 1869, 1870, 1874, 1877, 1879 ; s’est occupé aussi de sculpture sur bois. A exposé au salon de Bx.

(F)

 

SAINT -LANNE Georges

Peintre, né à Bx le 30 mai 1848. Elève de Diaz et de l’Ecole Municipale de Bx  A exposé au salon de Paris : Portrait de Mme M , en 1878 ; Une déception , en 1879 ; Nos premières victimes , et un portrait en 1880 ; Le Braconnier, en 1882 ; au salon des indépendants : Au printemps, en 1884 ; Après le bain, en 1885. A exposé au salon de Bx depuis 1869, et à ceux de Lyon, Pau, etc. a obtenu à Lille une mention hon. en 1880 et à Périgueux le 1er prix du concours pour un dessin de diplôme de l’exposition de 1880.

(F)

 

SALESSES (Jules)

Peintre décorateur, né à Lyon en 1824, mort à Bx le 9 février 1873. Elève de J. P. Alaux, d’Adrien Dauzats, et de Ciceri, a décoré la salle des concerts du grand théâtre de Bx ; a fait de nombreux décors pour ce même théâtre, pour ceux de Bx, de Poitiers, de La Rochelle, de Périgueux, etc ; fut de 1853 à 1869 le peintre officiel des fêtes et des établissements bordelais.

(F)

 

SALLÉ (Pierre)

Peintre, né à Bx le 10 mai 1835. Elève de Bonnefond et de H. Flandrin ; a exposé des tableaux de genre au salon de Paris de 1864 à 1882.

(F)

 

SALOMON-SAINT SERNIN (Louis)

Peintre, né à Bx le 14 oct. 1815, fils de Joseph Salomon de Brosses, méd. à Bossieux en Dauphiné, et de Jeanne de Saint-Sernin. Elève à Bx de Julien Pallière et de son parrain et tuteur, Arnaud de Corcelle, architecte ; suivit à Paris les conseils de Berthon, Dauzats, Brascassat, Michel Gué ; fréquenta quelque temps l’atelier de Paul Delaroche ; fut admis en 1841 au concours du grand prix de paysage ; figura aux différentes expositions de Paris ou de la province, obtint des récompenses, et revint à Bx en 1848. professeur de dessin à l’institut national des sourdes-muettes depuis 1853 ; prof. à la Société Philomathique depuis 1855, y a créé en 1874 le cours de dessin dans les classes de femmes. Cette société lui a décerné une médaille d’argent 1866 et une médaille d’or, 1878. Palmes académiques en 1883.

(F)

 

SALZEDO (Paul)

Né à Bx le 7 juin 1842, peintre, élève de Bonnat. A exposé au salon de Paris depuis 1873, sans aucune interruption ; y a obtenu une mention honorable en 1883. A exposé au salon de Bx depuis 1870, et dans divers salons de province, où il a obtenu 2 méd. , à l’exposition de Nice en 1884, et autres récompenses à Amiens, Alger etc.

Parmi ses principales toiles , nous citerons : Le chef de cuisine ; La partie de dominos, Le buveur d’absinthe ; Le déjeuner ; une série de tableaux champêtres entre autres : Le braconnier ; La forge et la carrière ; La tricoteuse ; puis la série des tribunaux : Le tribunal, Le plaidoyer ; Le réquisitoire ; Le témoin ; Conseil de guerre , 1887 ; La délibération, 1888. Ces tableaux sont répartis dans différentes galeries importantes de Paris et de Bx ; mais à notre regret le Musée de la ville de Bx ne possède aucune toile de cet artiste dont presque tous les tableaux ci-dessus ont été reproduits par les journaux illustrés de Paris. Le deuxième supplément du Grand Dict. de Larousse consacre un article spécial à son Conseil de guerre.

(F)

 

SARRAIL (Jean)

Peintre, né à Bx en juillet 1795, mort à Bx en avril 1819, élève de Lacour fils, obtint plusieurs prix de 1815 à 1817, à l’école de peinture et reçut une médaille d’or de la ville de Bx en 1818. On a de lui : Vue du château de Cadillac; le tableau du Sacré Cœur qui se trouve dans la cathédrale St André, mais que la mort ne lui permit pas d’achever. Il excellait dans la miniature. On trouve plusieurs de ses miniatures et diverses esquisses de tableaux chez son neveu ; chez M. Johnston, Pavé des Chartrons, il exécuta d’après des dessins de Lacour, son maître, douze panneaux représentant les douze mois de l’année, figures peintes en grisailles.

(F)

 

SARRAIL (Jean Adolphe)

Peintre, né à Bx le 16 oct.1825 ; élève de Dubourdieu, de l’école mun. de Bx et de Jean Alaux, lauréat de l’école, 1 er prix de dessin en 1843, prix de peinture en 1843, prix de peinture en 1846 ; a quitté vers 1851 la peinture artistique pour se mettre à la tête d’un atelier de peinture industrielle, qui est devenu rapidement l’un des plus importants de Bx. Auteur des décorations des plafonds de la cour d’assises du palais de justice et des autres salles d’audience ; a collaboré avec Thénot à la décoration de la salle d’audience  du trib. de commerce ; a fait les décorations de la chapelle du château de M. Paul Bayle et celles de la salle synodale à l’archevêché de Bx. Elu membre du conseil des prud’hommes en 1864 ; il en est le président depuis le 8 mai 1880 ; président de la chambre syndicale de peinture depuis 27 ans ; prés. du syndicat gén. du bâtiment depuis  1883. Délégué cantonal en 1874.

(F)

 

SCHNEG  (Lucien )

Statuaire, né à Bx le 19 mars 1864. Elève de l’école mun. de Bx, pensionnaire de la ville en 1883, élève à Paris de Millet et de Falguière ; lauréat de l’école des beaux–arts, a exposé aux salons de Paris un portrait médaillon, 1886 ; portrait de Mme M.S, buste plâtre, 1887.

(F)

 

SCHNEG (Gaston )

Sculpteur, frère du précédent, né à Bx le 4 sept. 1866 . Elève de l’école mun. de Bx et de son frère Lucien Schneg a exposé au salon de Paris 1887 un portrait de M. S. médaillon plâtre, et a obtenu le premier prix de sculpture à Bx en 1888.

(F)

 

SCHRADER Jean Daniel François

Né à Bx le 11 janvier 1844, fils de M. Ferdinand Schrader, l’un des plus zélés propagateurs de l’instruction populaire à Bx, un des fondateurs [,] des premiers prof. des classes d’adultes de la Société Philomathique dès 1839, directeur de ces classes de 1861 à 1870, vice-président depuis de longues années du Cercle Girondin de  la Ligue de l’enseignement et de la Société de géographie commerciale de Bx.

François Schrader s’est occupé de bonne heure d’études et d’explorations géographiques, spécialement dans les Pyrénées ; a inventé une méthode de tracés graphiques à l’aide d’un instrument ingénieux, l’orographe, destiné spécialement au levé des régions montagneuses, et a dressé depuis 1874 la carte des Pyrénées centrales au 1/100.000, a fait diverses conférences sur la géographie. Attaché aux travaux géographiques de la maison Hachette & Cie, il a succédé à M. Vivien de Saint Martin, dans la direction de son grand atlas universel, et a publié en 1889 un nouvel atlas de géographie moderne petit in-folio sur un plan nouveau. Il a publié aussi en collaboration avec M. Lemonnier, toujours chez Hachette & Cie à Paris, Eléments de Géographie en 3 vol. in-4°, cours élémentaire, cours moyen, cours sup. ; et Cours général de géographie, 1 vol. in-4°.; en collaboration avec M. Prudent une série de cartes murales destinées à l’enseignement.

Auteur de plusieurs communications à l’Acad. des sc. dont la plus importante présentée en 1887, résume les observations faites par M. Schrader sur la disposition des terrains primitifs des Pyrénées.

Dessinateur et peintre à ses heures, il a exposé au salon de Paris : 1887 Montagnes de Zermatt  et en 1880 Le massif du Mont Rose, aquarelles.

(F)

 

 

SEBILLEAU (Paul)

Artiste peintre, né à Bx le 24 août 1847. Elève d’Auguin ; quitta le commerce en 1877 pour se livrer entièrement à l’étude des arts. Ses paysages avaient paru depuis longtemps au salon de Bx. Cette année même il débuta à celui de Paris où il a figuré tous les ans et a obtenu en 1884 une mention hon. avec son tableau : Etang de Biscarosse (Landes). Ses principales œuvres exposées à Paris sont : Midi en juin , 1883 ; L’étang de Mortefontaine (Oise), 1882 ; Un soir dans la Haute-Vienne, 1881, tableau qui a obtenu un diplôme d’honneur à Rochefort en 1883 ; Matinée au golfe Juan, 1887 (acquis pour le musée de Bx en 1888 ) ; Landes de Gascogne, 1887 ; Le cap de Garoupe, 1888 ; Dans la dune, 1889 ; Sous bois, 1889 ; Grande marée à Guéthary, 1889.

(F)

 

 

SEBILLEAU –SPRENGER (Mme Isabelle)

Peintre, née à Bx le 14 juillet 1849. Elève de MM. Auguin, Lalanne, et Jeannin. A exposé au salon de Bx depuis 1867 , à ceux de Pau, de Rouen, de Reims et du Havre en 1883 ; au salon des femmes peintres et sculpteurs à Paris, et depuis 1880 à celui de Paris où elle a envoyé Hortensias en 1882, Fleurs des champs en 1883, Pivoines en 1884.

(F)

 

SEIGNAC (François Paul Noël Lami Mondesir )

Peintre de genre né à Bx le 15 fév. 1826. Elève de Picot, a exposé presque constamment au salon de Paris depuis 1849. Parmi ses principales œuvres, citons  Portrait de Mlle A. Seignac, 1849 ; Le souvenir, 1857 ; La bonne complaisante, 1857 ; Vice et misère, 1865 ; La fête à grand’mère, 1878 ; Les écosseuses, 1884 ; Le puits mitoyen, 1885 ; Le déjeuner, 1885 ; Petit frère, 1887 ; L’école buissonnière, 1887 ; L’écheveau et Dimanche matin, 1888. Plusieurs des nombreuses toiles de ce peintre se trouvent dans les galeries de Paris, de Londres ou de New-York.

(F)

 

SERRES Antony

Peintre, né à Bx le 13 fév. 1828. A exposé au salon de Paris de 1857 à 1884  ; à celui de Bx depuis la création de la Société des amis des arts et dans diverses expositions de province, où il a obtenu : à Rouen, méd. d’or, 1869 et 1872 ; à Amiens, méd. d’argent 1868 et 1876, diplôme d’honneur, 1877 ; à Auch, méd. de vermeil, 1880 ; à Montpellier, grande médaille d’argent (la plus haute récompense)1879 ; à Laval, méd. d’argent, 1875  ; à Rochefort, méd. d’argent, 1883; à Bx, méd. d’argent en 1846, 1er prix tableau d’histoire ; à Périgueux, méd. de bronze, 1864 ; à Niort, méd. de bronze, 1865 ; à Boulogne-sur-mer, méd. de bronze, 1868 ; à Carcassonne, méd. de bronze, 1876 ; mention honorable dans dix autres villes, etc…

Parmi ses principales toiles, nous citerons : Jésus devant Caïphe, 1859 ; Clytie abandonnée, 1865 ; au musée du Havre ; Procession de la couronne d’épines, 1865, à Londres, galerie Cooper ; L’école buissonnière, 1864, à Anvers ; Le corps de Charles le Téméraire à Nancy, 1866 à M. le sénateur Dauphinot ; Libation au dieu des jardins, 1866 au duc de Trévise ; Jugement de Jeanne d’Arc, 1867, au musée de Bx ; Tympanistria, donné par l’Etat au musée de Bx ; Le retour inattendu ; L’amour et la volupté, 1868 à M. Quinet de Rouen ; Louis XI et l’oiseleur, 1869,  à M. Jonathan Holden, à Reims ; Les fugitifs , invasion des Barbares dans l’empire romain, 1870 , à M. Coquet de Reims ; La siesta, 1870 à M. Lhumi ; Les enfants du village, 1874 , à M. Ostoroch ; Les hérétiques au XVe s., 1877, galerie de Lisbonne ; Un bouffon, 1878, Le renoncement, 1879 ; Le cantique, 1880 ; à la Société des amis des arts à Rouen ; Allégorie, 1881.

L’œuvre considérable d‘Antony Serres  comprend au moins 500 tableaux de genre et presque autant de portraits.

(F)

 

 

SIBON (Joseph)

Peintre du XVIIIe siècle, né à Toulon, mort à Bx vers 1732. Il peignit quelques tableaux religieux : La Sainte Vierge en prière, Le Christ en croix, et plusieurs portraits de notables Bordelais, entre autres celui d’Antoine de Gascq (V. ce nom) perm. direct. de l’Acad. de Bx, portrait daté de 1713. (Ext. des notes mss de M. C.Marionneau sur les anciens artistes bordelais.)

(F)

 

 

SICARDY ou SICCARDI

Peintre en miniature, membre de l’ancienne Acad. des Arts. Il figurait à Bx à l’exposition de 1780 et aux salons de Paris de 1791 à 1800.

V. Marionneau, Salons bordelais du XVIIIe s.

(F)

 

 

SMITH  Alfred

Né à Bx en juil. 1854. elève de MM. Pradelles, Chabry, Baudit, a exposé au salon de Bx depuis 1877, à celui de Paris depuis 1880. Parmi ses œuvres principales, nous citerons : Portrait de Tack, chien épagneul écossais ; Le printemps dans les bois, mention à Périgueux ; La fin du jour , mention à Versailles ; Le quai de Bacalan, très remarqué au salon de 1883, médaillé à l’exposition internationale de Nice ; La route de Pessac et la route de Talence, qui obtint une 2e médaille à l’exposition de Versailles, 1884 ; L’intérieur d’un moulin, 1ère méd à Versailles en 1885 ; Le Périgord noir, salon de Paris, 1885. Après l’averse (vue de Paris ) et Printemps, mention hon. à Paris 1886 ; Sous bois et Matinée de novembre, salon de Paris, 1887 ; .Soirée d’avril et Sous bois, 1888, lui ont valu à Paris une 3e médaille ; (ce dernier tableau a été acquis pour le musée de Bordeaux.) ; Averse (place de la Concorde) et A Vergnes, sous-bois, salon de Paris, 1888.

(F)

 

 

STOCK Charles Henry

Peintre de marine, né à Bx le 27 nov. 1826, mort à Bx le 12 févr. 1885, élève de l’école municipale de Bx, sous la direction de J.-P. Alaux  et élève de F. Gudin. Ses tableaux lui ont valu : méd. de bronze.de la Société philomathique de Bx en 1847, mention hon. à Paris en 1864, méd. d’argent de l’Acad. de Bx en 1865 ; il a figuré à presque tous les salons de Paris de 1848  à 1865 ; prof. de dessin au lycée de Bx depuis 1866, promu à la première classe en 1879, chev. Palmes académiques le 14 juillet 1883. Il a été vivement regrette par ses élèves et ses nombreux amis .

V la notice biographique mise en tête du catalogue de ses Etudes peintes et dessins, faite à Bx le 28 avril 1885.

(F) 

   


T

TAILLASSON (Jean Joseph)

Peintre d’histoire et poète, né à Bx le 6 juil. 1745 d’après M. Ch. Marionneau, et à Blaye en 1746 d’après J. de Gères, mort à Paris le 11 novembre 1809. Malgré l’opposition de ses parents, il entra tout jeune dans la carrière des arts ; parti pour Paris à 18 ans avec Pierre Lacour, ils entrèrent ensemble chez Vien, obtinrent en 1769 le 2 e et le 3e prix du concours de Rome ; en rentrant de Rome, Taillasson fut agréé de l’acad. des Bx Arts de Paris, le 27 mars 1784, après avoir exposé sa Rodogune, il fut reçu académicien et présenta la belle toile qui est actuellement au Louvre : Ulysse et Néoptolème enlèvent à Philoctète les flèches d’Hercule. En 1787 il est memb. non résidant de l’Acad. des arts de Bx et en 1788 membre du Musée ; exposa au salon de Bx en 1774 et en 1787 et à celui du Louvre de 1783 à 1806 ; le musée de Bx possède de lui le Tombeau d’Elysée et la famille Lalande de Blaye, de beaux portraits de famille, notamment son portrait peint par lui-même ; sa réputation était devenue telle que Ducis lui consacra quelques vers dans son épître à Vien. Il a publié : Le danger des règles dans l’art, poème suivi d’une traduction libre en vers d’un morceau du XVI e chant de l’Iliade , et d’une Elégie sur la nuit, etc, Venise et Paris, 1785, in-4° ; la traduction libre en vers des chants de Selma d’Ossian, Paris, Barrau, 1802 ; Observations sur quelques grands peintres avec un précis de leur vie ; il a longtemps collaboré au Journal des arts dirigé par Landon. Les musées de Stockholm, Nantes, Albi, Libourne, etc, possèdent des oeuvres de Taillasson ; plusieurs de ses tableaux ont été gravés par Anselin, Massot, Lacour fils, Normand, etc, quelques-unes de ces gravures se trouvent dans les Annales du Musée. Le nom de ce peintre, l’une des plus belles illustrations de Bx devrait déjà  avoir été donné à l’une de nos rues.

V. Ch. Marionneau, Salons bordelais, p. 174. toutes les biographies générales, et Alphabets de Guienne (Province du 25 juil. 1876.)

 (F)

 

 

TAPIAU (Jean-Lucien)

Sculpteur, né à Cazères sur Garonne (Hte-Garonne) le 11 juin 1828. Elève de l’école des Beaux Arts de Toulouse, s’est fixé en 1846 à Bordeaux , où il a exécuté un nombre considérable de travaux de sculpture, parmi lesquels nous citerons : ceux de la coupole de la Bourse, de la salle des concerts du Grand Théâtre, de l’hôtel Piganeau à Bx, du château Bourran à Mérignac, du château Dulamon à Blanquefort, etc. S’est aussi occupé de peinture et d’archéologie.

(F)

 

 

TAUZIN (Louis)

Peintre paysagiste, dessinateur, lithographe, né à Barsac le 21 juil. 1842. Elève de l’Ecole mun. de Bx et de M. Oscar Gué ; chef d’atelier des dessinateurs de l’une des plus importantes maisons de Paris (chromolithographie) ; a exposé presque constamment au salon de Paris depuis 1867 ; a obtenu une mention honorable en 1884, a exposé au salon de Bx depuis 1865 et dans diverses expositions de province ; a obtenu deux médailles d’argent aux expositions de Versailles 1884 et 1885. Parmi ses principales toiles, citons : Le moulin de St Ouen, à Blangy  ; Vue de Liverpool (collection Cope, de Liverpool) ; Paris, des hauteurs de Meudon (salon de 1884) ; Le cèdre des Montalets (salon de 1885) ; Le dimanche à Bellevue, 1887 ; Un coin du parc de Bellevue, 1887.

(F)

 

 

TAVERNE (Pierre – Gustave )

Graveur, né à Bx le 10 août 1859. Elève de l’Ecole municipale de Bx et à Paris de MM. Cormon et Teyssonnières. Collaborateur des principaux journaux illustrés de Paris. A exposé au salon de Paris en 1886 ; en 1887, Portrait de M Raynal ancien ministre.

(F) 

 

 

TEYSSONNIÈRES  (Pierre ) peintre et graveur , né à Albi (Tarn) le 6 juin 1834 . Elève de son père et de MM. Maxime Lalanne et Léo Drouyn pendant le long séjour qu'il fit à Bordeaux ; a exposé au salon de Bx depuis 1866  et à celui de Paris depuis 1868, y a obtenu une 3e médaille, en 1878 ; a été aussi médaillé aux expositions internationales de Londres, Amsterdam, et Barcelone, 1ere médaille. Officier d'Académie le 13 juillet 1888 et décoré de plusieurs ordres étrangers. Ses œuvres sont très recherchées en Amérique surtout. Parmi ses très nombreuses productions, citons les œuvres ci-après qui ont figuré au salon de Paris : Le pont de Bx, eau-forte, 1868, Les bords de la Garonne à Lormont, Les oubliés de la Bastille, Forêt de l'île de Cuba, eaux-fortes, 1869 ; La rue Quintin à Bordeaux en 1865 peinture, 1869 ; Le donjon de Libourne (Gir.) et Les buveurs, peintures, 1870, N-D d'Arcachon, Dans les Landes (Gir.), peintures, 1870 ; La digue de la Garonne à Saint-Macaire et La plage d'Andernos, peintures, 1872. Vainqueur ou vaincu, eau-forte, 1873 ;La mort du duc d'Enghien, Le pape Formose et Saint Ambroise instruisant Honorius enfant d'après J. P. Laurens, 1874 ; Le chemin de Robin à St Macaire, peinture, et Le ravin de la Castillane, fusain, 1875 ; Le quai de la monnaie à Bx, aquarelle ; Les environs de St Pierre de Langon, peinture, 1876 ; Don Juan, Les Fourberies de Scapin et autres planches, d'après E. Bayard, pour le Molière de M. H. Bordes, 1877. Eliezer et Rebecca, d'après Tiepolo, mention hon. 1877 ; Chasse au faucon, d'après Fromentin, gravure reçue à l'exposition universelle de 1878; Le château Brown-Cantenac, eau-forte, 1879 ; La Magdelaine et décor de marionnettes, d'après de Beaulieu, 1880 ; La buttte des Clines, (Eure), peinture,1881; La brèche de Sahorre, peinture appartenant à M. de Lalande, 1882 ; Portrait de Pierre Corneille, d'après le portrait original de Lebrun, gravure, 1882, Travail et débauche, Fileuse et Tricoteuse, fac-similés de dessins d'après Millet; L'alcool d'après de Beaulieu ; Un apprenti, d'après  S. Durand, eaux-fortes; 1833 (sic); Le cap de Grouin, peinture, Samson terrassant les Philistins, d'après Decamp ; Paysages d'après Rousseau, Corot, etc. eaux-fortes, 1884; Portrait de Molière d'après une peinture du temps ; dessins de Leloir pour Jacques le fataliste, eaux-fortes, 1885; Deux filles de la mer, d'après Delobbe ; Portrait de l'abbé Michon et de Varinard, eaux-fortes, 1886 ; Rivière de Cady, fusain, et Marie Stuart, eau-forte, 1887; Rentrée à la ferme, d'après Vernier, et Le Duel, d'après de Beaulieu, eaux-fortes, 1888; Retour de pêche d'après Feyen-Perrin,1889. L'exposition universelle de 1889 contient de cet artiste : Travail et débauche, d'après Millet, L'alcool d'après de Beaulieu. On lui doit le joli portrait  d'après Lagrange-Chancel, placé en tête de ses Poésies inédites, publiées en 1878par M. J. Delpit.

 (F).

 

P. Teyssonnières a habité 3 rue Duffour-Dubergier à Bordeaux et 92 cours des fossés à Bordeaux, comme en font foi des cartes de visite gravées à l'eau-forte, de la collection Jacques Charon.

1. Une embarcation à voile et un débarcadère sur un fleuve bordé d'arbres, e-f ,57 x 83 mm aux limites du sujet sans t.c., avec adresse P. Teyssonnières Cours des fossés 92 Bordeaux

2. Un voilier à sec sur un banc de sable, devant un horizon marin et quatre barques, même adresse, e-f, 47 x 95 mm au t.c.

3. Un voilier amarré à un débarcadère terminé par une grue, devant un fleuve avec deux bouées, et deux peupliers à droite. E-f, 58 x 111 mm au t.c. avec l'adresse P. Teyssonnières 3 rue Duffour-Dubergier Bordeaux.

4. Un chemin de halage au bord d'un vignoble, avec un voilier, un bouquet d'arbres et une maison à droite. Même adresse que le précédent. E-f  59 x106 mm.

Il a publié chez Cadart.

 

TEYSSONNIÈRES (Mathilde)

Née à Toulouse, mais Bordelaise dès l’âge de deux ans. Toute son éducation artistique a été faite à Bx : sortie premier prix de dessin de l’école sup. et professionnelle de la rue de Cheverus à Bx. Arrivée à Paris, elle est sortie prem. Prix de l’école nat. de peinture et de dessin de la rue de Seine. Elève de son père, comme aquafortiste ; elle a obtenu une mention honorable à Paris en 1888, et une médaille de 3ème classe à l’exposition de Barcelone en 1889. A exposé au salon de Paris : Sentinelle, d’ap. le Titien, eau-forte, 1887 ; Un vanneur d’ap. Salvator Rosa, 1882 ; Espagnol, d’ap. Regnault, 1883; Le tombeau d’ap. Fortuny, 1844  ; Un reître d’ap. Meissonnier, 1885 ; Arabe, d’ap. Fortuny, 1886 ; Portrait de femme, d’ap. Jackson, 1887 ; Rêverie, d’ap. Feyen-Perrin, 1888 ; (gravé pour la maison Keppel de New-York, a obtenu mention hon.) ; Faneuse d’ap. Feyen-Perrin, 1889 ;  et Faneuse d’ap. Julien Duprès . La Faneuse d’ap. Feyen-Perrin figure à l’exposition universelle de 1889 pour l’Art. Rêverie a été reçu à l’exposition universelle de 1889.

(F)

 

THENOT ( Léopold )

Peintre décorateur, né à Bx le 13 août 1838. Elève de M. A Carrière et de l’école mun. de peinture de Bx, peintre du Théâtre français de Bx de 1860 à 1870, et du Théâtre Louit (1870) en collab. avec M. J.Salesse ; a peint , en 1873 le plafond de figures du salon de M. Marc Maurel à Bx ; en 1876, les décors de la Biche au bois pour le Grand-Théâtre de Bx en collab. avec M. Betton ; en 1879, l’Alhambra en collab. id., en 1879 la salle du tribunal de commerce de Bx. Quitte le théâtre en 1879 et se spécialise ; son tableau : Matinée de septembre (pointe de l’Aiguillon) est acheté pour la ville de Pau ; il avait figuré au salon de Paris 1880. Il s’adonne aux peintures imitant les Gobelins. Ses principaux travaux dans ce genre se trouvent au château Beaucaillou à St Julien (Médoc), dans les salons de M. Nath. Johnston, de M. Sorbé à Bx, du prince de Wagram et du marquis de Lalande à Paris ; de M. Johnston au château de Mesne (Touraine) et, etc.

Fixé à Paris depuis 1882, il y a fait en 1885 les décorations du café de Madrid ; il est aussi l’auteur de celle des casinos de Blankenbergues et d’Ostende, il a peint au théâtre de Rotterdam le plafond de figures, les foyers et le rideau d’avant-scène, en collab. avec M. Marque, de Bruxelles.

(F)

 

THIAC ( Pierre Jean Baptiste de )

Ingénieur, architecte, né à Bx le 29 juin 1769, mort à Bx le 18 mars 1815. elève de Louis, lauréat du prix de Rome au concours d’architecture institué en 1787 par les jurats de Bx ; auteur de divers mémoires relatifs à sa profession ; membre de l’Acad. de Bx en 1804. Il a construit à Bx les Bains orientaux, aujourd’hui détruits, et un grand nombre d’habitations qui subsistent encore, notamment la maison de J.J. Bosc et une maison de l’ancienne rue du Cahernan N ° 22 signalée par sa construction artistique et son habile agencement. M. de Thiac est mort dans cette maison où ses cinq enfants sont nés. M. Hervé, ancien député de la Gironde, et cons. à la cour de Cassation, a été l’un de ses gendres.

(F)  .

 

THOMIRE

Peintre bordelais, membre de l’Acad. des arts à Bx en 1784. On a de lui au musée de Bx, (N° 627) Portrait de M. Douat, avocat gén.; chez M. de Sarrau, Portrait du peintre Battanchon.

V. Ch. Marionneau, Salons bordelais du XVIIIe s. 

(F)

 

 TINOT

Peintre miniaturiste, élève d’Isabey, établi depuis de longues années à Bx, mort vers 1856 à un âge très avancé  dans une des communes suburbaines de Bx. Ce peintre n’exécutait que des portraits en miniature, genre dans lequel il excellait. Ses œuvres sont répandues chez tous les amateurs de miniature. M. Labat, (V. ce nom) possède de lui une collection de portraits de grands peintres qui permet de juger de son délicieux talent.

(F)

 

TOUL (Jean)

Né à Trèves (Prusse Rhénane), en 1734, mort à Bx le 1 er février 1796. Fit partie de l’Acad. de peinture de Bx dès sa création (1768), en fut le recteur en 1773 ; exposa à tous les salons bordelais de nombreuses et importantes compositions ; fit avec succès la gravure à l’eau-forte. On a de lui au Musée de Bx (n° 628) Tête de vieillard, don de M.Lacour en 1854 . Décédé à Bx laissant un fils et une fille qui firent de la peinture avec un certain succès, dit Laboubée .

V.Marionneau, Salons bordelais,p. 183.

(F)

 

TOURNÈS (Félix Léon Etienne)

Né à Seix (Ariège) le 11 avril 1857. Elève de l’Ecole mun. de peinture de Bx ; pensionnaire de la Ville de 1876 à 1880 à Paris, où il fut l’élève de M.Cabanel et de Harpignies. A exposé plusieurs portraits au salon de Bx depuis 1878 et au salon de Paris un portrait d’homme très remarqué, en 1879 ; un grand portrait de femme en 1878, deux portraits de femmes en 1881; Femme couchée en 1882, acquis par l’Etat, La Fête nationale devant le nouvel hôtel de ville de Paris, salon de 1883, acquis par la ville de Paris, Matinée de novembre à Paris ; Balayeurs sur les quais, effet de pluie ; La Cour des Comptes, effet de nuit ; acquis par l’Etat, 1884 ; deux portraits en 1885 ; La veillée, en 1886 ; Le matin en 1887, acquis par l’Etat, puis revendu à Lord Bicknel ; Femme faisant chauffer un fer à friser, mention hon. en 1888.

(F)

 

 

TROCARD (Th.)

Peintre et lithographe, exposa à Bx en 1850 Rébecca à la fontaine. On a de lui le portrait de Marcel Trocard, docteur en médecine, décédé à Castillon le 10 février 1830 et celui de J.B. Lacombe, vicaire gén., supérieur du petit séminaire de Bx.

(F)

 

TROUPEAU (Ferdinand)

Peintre, né à Bx, élève de MM. Pignot et Lambotte. A exposé au salon de Paris de 1878 à 1887 des fleurs et deux tableaux de genre.

(F)

 

TURIER ou TURRIER (Alexis Antoine) peintre d’architecture et de décoration théâtrale, né à Bx en 1743, mort à l’hospice de Cadillac (Gir.) le 7 août 1806. Elève de Moretti et de Berinzago ; reçu à l’Acad des arts de Bx en 1774 ; fut aussi membre de l’Ecole royale académique  de Poitiers ; exposa au salon de Bx en 1774 : La perspective de l’intérieur de l’église de la maison professe (aujourd’hui St Paul) : est l’auteur des peintures d’une coupole d’une chapelle de l’église Ste Croix. Il ne faut pas confondre ce peintre avec son frère, qui pendant la Révolution  joua un rôle dans la section Franklin à Bx . Son nom a été aussi écrit : Terrier, ou Thurier.

Voir Marionneau, Les salons bordelais au XVIIIe s.

(F)

.


U

ULYSSE-ROY (Jean)

Peintre, né à Bx le 6 janv. 1858. Elève de l’école mun. de Bx ; pensionnaire de la Ville ; élève de Cabanel à Paris ; a exposé aux salons de Paris : en 1879 , Portrait de M. D. ; en 1880 , Une bonne pipe ; en 1881, Supplice d’un meurtrier au XIIIe s. (acheté par l’Etat) ; en 1882, Amurat II, épisode de la guerre des Turcs contre les chrétiens (haut de 4 m sur 5 m) de large ) ; en 1883, Intérieur d’atelier ; en 1884, La crêpe ; en 1885, Pierrot ; en 1886, Résurrection de Lazare  (haut. De 4 m sur 3) ; en 1887, Une partie d’écarté en cinq (appartient à M. Périllot). On voit de lui à la mairie de Bx : Un mendiant arabe.

(F)

 

V

VALLET (Jean Pierre Emile)

Né à Riom le 30 nov. 1834 . Nommé en 1877 conservateur du musée de peinture et de sculpture de la ville de Bx. Correspondant du comité des sociétés des beaux arts des départements, palmes académiques le 14 juillet 1884. Parmi ses principaux travaux, nous citerons : Etude sur le théâtre de Victor Hugo ; Catalogue des tableaux, sculptures, gravures et dessins du musée de Bx ; un grand nombre d’articles sur des sujets d’art parus dans différents journaux de Paris et de la province ; plusieurs tableaux exposés au salon de Paris en 1857 et de 1874 à 1886 ; ou à celui de Bx depuis 1873 ; un certain nombre de dessins parmi lesquels nous mentionnerons : Souvenir d’avril, Le ruisseau de la Hume, Plateau de la mare aux corneilles, Forêt de  Fontainebleau, qui ont paru dans l’Art, et qui sont des reproductions de ses tableaux envoyés au salon de Paris où il a exposé aussi quelques pastels. On lui doit la réorganisation du musée de la Ville et l’installation des œuvres d’art dans les galeries qu’elles occupent aujourd’hui.

(F)

 

 

VERBECKT (Jacques)

Né à Anvers en 1704, mort à Paris le 10 décembre 1771. Sculpteur du roi, agréé de l’académie de peinture et de sculpture de Paris en 1733 ; fut le 12 août de la même année adjudicataire des ouvrages de sculpture en pierre à faire pour la place Royale de Bordeaux ; une partie de ces ouvrages, frontons et autres sculptures pour l’hôtel de la douane furent exécutés par Verbeckt et Vanderworth (1er prix de  Rome en 1728) et réglés par l’architecte Gabriel le 11 septembre 1743.

V. Ch. Marionneau, Documents inédits sur les travaux des sculpteurs Verbeckt et Francin  pour la place Royale de Bx, Paris, Plon, 1883, in-8°.

 

 

VERGEZ (Eugène)

Peintre paysagiste né à Bx le 1er juil. 1846, élève de E. Bernède ; a exposé au salon de Paris de 1879 à 1889. A figuré depuis 1866 à tous les salons de Bx et dans diverses expositions de province, où il a obtenu : Médaille d’argent à Montpellier, 1881 et 1885, diplôme d’honneur à Niort, 1882 ; médaille d’argent à Carcassonne, 1884 ; médaille d’argent à Nîmes, 1885. Parmi ses principales toiles, nous citerons : La lande à Tréboul (Finistère), salon de 1882 ; La mare aux fées, forêt de Fontainebleau, salon de 1880 ; L’étang de Guérande, (Loire inférieure) salon de 1881; La lande  de Lauriec, (Finistère), salon de 1882 ; Environs de Marseille, salon de 1883 ; Le port des pêcheurs de Saint Jacut, salon de 1888 ; Le village de Morsalines (Manche) 1889 ;  a fourni un grand nombre dessins à la Statistique de la Gironde, t. II & III, 2e partie. 

(F)

 

 

VERNEILH-PUYRASEAU (Jean-Baptiste Joseph Jules, baron  de )

Né à Nontron  (Dordogne) le 6 févr. 1823, est devenu Bordelais par son mariage, en 1854 , avec Mlle de Marbotin-Sauviac. Archéologue, dessinateur, graveur, littérateur ; licencié en droit en 1842, s’occupa d’histoire et d’art, à l’exemple de son aïeul paternel qui fut préfet, député de la Dordogne à sept législatures, prés. de chambre à la Cour de Limoges et auteur d’une histoire de l’Aquitaine et de divers autres ouvrages  estimés. Son frère Félix de Verneilh, auteur de L’architecture byzantine en France, en l’associant à ses travaux archéologiques, décida de sa vocation.

J.B.-J-J. de Verneilh, memb. de la Société française d’archéologie dirigée par M. de Caumont, en devint inspecteur divisionnaire en 1863 ; à la même époque, mem. de l’Institut des Provinces ; corresp. du Ministère de l’Instruction publique pour les travaux historiques en 1874 ; vice-président de la Soc. Archéologique du Périgord depuis sa fondation, memb. de l’Acad. de Bx en 1876. A publié entre autres écrits une série de rapports archéologiques ou d’articles dans le Bull. monumental de M. de Caumont, dans le Chroniqueur du Périgord, dans le Bull. de la Soc. Archéologique du Périgord, dans la Revue des Soc.  Savantes, dans le Correspondant, dans les Actes de l’Acad. de Bx., etc.

Parmi ses principaux écrits, nous citerons  : Excursions archéologiques en Nontronnais ; Excursions en Périgord et en Quercy  ; Les anciennes forges du Périgord et du Limousin ; L’avènement des nouvelles couches sociales sous l’ancien  régime ;  La date de St Front de Périgueux ; Eloge de M. Guillaume Henry Brochon ; Causes de la décadence de la grande peinture à Bx ; Les anciens voyageurs à Bx ; Rapport à la chambre de commerce de Bx sur les peintures décoratives pour le grand escalier de la Bourse.

M. de Verneilh, comme dessinateur et graveur à l’eau-forte, a donné des planches pour le livre de son frère, L’architecture byzantine en France ; pour l’Histoire de l’église St Seurin de Bx , par Mgr Cirot de la Ville ; pour les Annales archéologiques de Didron ; pour la Revue Catholique de Bx, pour la réédition de l’ouvrage de Lopès, par M.l’abbé Callen ; pour le Bull. Monumental de M. de Caumont et pour celui de la Soc. Archéologique du Périgord. Il a publié en collaboration avec Gaucherel, L’Album du vieux Périgueux, 20 e-f in folio avec texte ; a exposé à Paris en 1868 deux gravures  (bas-reliefs de N.D de Paris ) et presque tous les ans à Bx depuis 1875  des aquarelles ou des dessins. Le Musée de Bx possède de lui deux grands dessins  à la plume.

(F)

 

 

VERNET  Antoine Charles Horace, dit Carles 

Peintre lithographe caricaturiste, né à Bx le 14 août 1758, pendant que son père Claude -Joseph Vernet, peignait les deux vues de Bx que le roi lui avait commandées, mort à Paris le 28 novembre 1836. Carles commença ses études artistiques sous les yeux de son père et fut aussi élève de Lépicié ; après avoir obtenu en 1779 le 2e grand prix, et en 1782 le 1er grand prix peinture, il partit pour Rome en qualité de pensionnaire du roi. Il fut élu membre agrégé de  l’acad. de peinture le  24 août 1789 avec  son tableau Le triomphe de Paul Emile ; Légion d’honneur en 1808 ; membre de l’Institut le 26 mars 1816 ; il était aussi chev. de l’ordre de St Michel. Son œuvre peint et gravé est considérable. Carles a abordé, avec un égal succès, tous les genres et les sujets les plus divers ; il peignait admirablement les chevaux, les chiens et les chasses ; ses caricatures spirituelles qu’on a appelées les épigrammes du dessin, l’ont rendu presque aussi célèbre que ses tableaux d’histoire et sont aussi très recherchées ainsi que ses types, Cris de Paris, etc ; ce dernier recueil, petit in-fol. de pl. lithographiées en couleur, est des plus curieux à comparer aux Cris de Paris de Bouchardon, 1737-1746. Le portrait de Carles Vernet a été lithographié par Horace Vernet, son fils.

V. toutes les biographies générales, surtout une excellente notice dans la Biographie universelle de contemporains, Paris, 1836. t. V. (Supplément) et Dict. des peintres par La Chavignerie.

(F)  

 

VIEN (Rose, Céleste Bache, dame —)

Epouse du peintre Joseph Marie Vien, fils du célèbre peintre restaurateur de l’école française. Femme érudite  et lettrée, très versée dans la connaissance  des littératures anciennes et en particulier du grec à l’étude duquel elle avait été initiée par le savant Laporte de Theil. Nous ne mentionnons ici cette dame, née à Rouen, qu’à cause de son titre de membre correspondant de l’Acad. de Bx à laquelle elle a dédié une traduction en prose fidèle et élégante  des Odes d’Anacréon, Paris, H. Canel, 1825, in – 18, de 186 pp. joli frontispice gravé par Jean Vien époux de l’auteur.

B de F in (F)

 

 

VIGNAL  (Pierre)

Dessinateur aquarelliste, né à Bx le 7 juil. 1855 , élève de Maxime Lalanne et de Harpignies, lauréat de l’exposition du blanc et noir de Paris, 2e méd.

(F)

 

VIGNAL ( Mlle Berthe )

Dessinateur, née le 4 juil. 1847, élève de son frère Pierre Vignal. A exposé au salon de Paris, 1887 En Tunisie, étude.

(F)

 

VILLENEUVE (Maurice de )

Quitta Paris vers la fin du XVIIIe siècle pour se fixer à Bx. Nous avons de lui plusieurs gravures plus intéressantes et curieuses que remarquables ; nous citerons la Vue de l’ancien pont de Brienne, et la rarissime estampe de l’ Incendie de la cathédrale saint André, le 27 août 1787.

(F)

 

VILLIET (Joseph )

Peintre-verrier, né à Ebreuil (Allier) le 10 août 1823 . Reçu bachelier à seize ans avec unanimité de boules blanches, il fut poussé par ses aptitudes vers l’étude des beaux arts et entra, en 1840 , chez M. Bonneton, architecte de la ville de Gannat, où son père était secrétaire de la sous-préfecture et l’année suivante chez M. E. Thibaut, peintre-verrier en renom à Clermont-Ferrand. Deux ans après, M. Villiet pouvait conduire cette importante maison ; il le fit pendant près de douze ans. En 1852 il songea à utiliser pour lui son talent et son expérience et fonda une maison à Bx où il acquit vite la réputation d’un véritable artiste. Membre de l’Acad de Bx le 21 juillet 1859, il fut aussi memb. de la Comm. des mon. hist. de la Gir., de la Société française  d’archéologie et chev. de Saint Grégoire le Grand, 1870.

De 1852 à 1876, J. Villiet a orné de ses œuvres plus de 400 cathédrales, églises et chapelles, dont 172 de façon complète. Nous citerons les suivantes : à Bx, St Seurin, St Ferdinand, St Michel, Ste Eulalie et la chapelle du grand séminaire ; hors de Bx, le sanctuaire de La Réole, l’église de Libourne, celles de St Hilaire et de Bon Encontre à Agen, de Nérac, de Port Ste Marie, de Marmande, de Cognac, de Laroche-Chalais, celles de St Joseph à Albi, des maristes à Paris et à St Brieuc, de St Michel à Limoges et de St Boudile à Nîmes. M. Villiet  a expédié des vitraux importants en Angleterre, en Italie, en Amérique et en Océanie. On lui doit encore des peintures murales historiques remarquables exécutées à l’Institution nat. des Sourdes-muettes de Bx par ordre du Ministère, et dans plusieurs églises des diocèses de Bx et d’Agen. Il a restauré par ordre de la comm. des mon. hist. les peintures du XIIIe s. de l’église de La Sauve (Gironde).

Ni peines ni sacrifices n’ont jamais fait hésiter Villiet pour progresser dans son art. Il fit trois voyages en Italie avec un Bordelais, M. Jabouin, qui partageait tous ses goûts d’artiste et de savant et qui vient d’être enlevé à l’art le 10  avril 1889. Les triomphes de Villiet étaient surtout dans la restauration des anciennes verrières. Ces monuments précieux du Moyen Age revivaient sous ses mains habiles et lorsque son travail était terminé, on les eût pris pour d’un bout  à l’autre  pour être du même âge et de la même main.

Villiet était un causeur spirituel, charmant, judicieux, autant qu’un artiste de goût et un lettré érudit. Ses travaux lui ont valu : méd. de bronze à l’exposition de Clermont-Ferrand 1850, 1ère médaille d’argent à l’exposition de Bx 1854, et de Périgueux 1864 ; médaille de bronze  de la Soc. Franç. d’archéologie en 1855 ; médaille d’or de l’acad. de Bx en 1858.

Il a publié dans les actes de l’Acad. de Bx : Essai sur l’histoire de la peinture murale, 1859 ; Le prieuré de la Grange de Durance, 1860 ; Notre-Dame de la fin des Terres.

Décédé à Bx le 10 juil. 1877, laissant pour successeur M. H. Fleur (V. ce nom)
Son éloge a été prononcé par M. de Coëffart, sculpteur, membre de l’acad. de Bx.

(F)

 

VINCENT (René Louis – Gustave)

Peintre-décorateur, ornemaniste, né à Bx le 21 janvier 1824. A reçu ses premières leçons de dessin et de peinture de M.Dubourdieu, peintre d’histoire ; a décoré un grand nombre d’églises, chapelles, châteaux maisons particulières, parmi lesquelles on remarque : l’église de Talence, en entier, 1847 ; chapelle du collège de Bazas, 1856 ; l’église de Grignols, 1859 ; la cathédrale d’Aire, quatre chapelles, 1860-1863 ; sanctuaires et chapelles des églises de St Laurent du Médoc, 1864, et de Cussac, Médoc, 1869 ; chapelles de Mme la Vicomtesse de Curzay à Bx et à Curzay, 1869.

A peint depuis cette époque avec ses deux fils, Henri et Paul, les églises de St Savin de Blaye, de Langon, de Pessac, Preignac, N -D de Verdelais, les chapelles des Dames de la Doctrine Chrétienne à Bx, des Dames de N.-D, les sanctuaires et chapelles de l’église St Louis de Rochefort, des églises St Louis de Bx, 1875, St Martial de Bx (en entier) 1875 ; Ste Croix de Bx, chapelle St Mommolin, 1878 ; nouvelles sacristies de la cathédrale de Bx, 1879 avec M. Abadie, architecte ; à St Nicolas de Bx, sanctuaire et chapelles latérales, 1880 ; église de Sanguinet (Landes ), 1878 ; église d’Uza (Landes) à M. le marquis de Lur-Saluces, 1880 ; à St Ferdinand de Bx, chapelle du Sacré-Cœur, 1882 ; Ste-Marie de la Bastide, avec M. Paul Abadie, archit. 1884 ; églises de Cenon-La Bastide et de Gauriac, 1886, de St Julien de Médoc (en entier), 1887 ; chapelles particulières de Mlle de Bellot à Bx, de M. Bermond à Bx, à N.-D. d’Arcachon, quatre chapelles ; églises de Bommes, 1876 ; de Sauternes, 1877 ; de Camarsac, du Carbon-Blanc, de Fargues près Créon, de Jau (Médoc) ; de Néac, de Podensac ; de la Sauve-Majeure ; de Saint Aubin de Blaye ; de Saint Denis de Piles ; de Guîtres, de Ste Eulalie d’Ambarès ; de St Médard en Jalle ; de St Selve ; du Taillan ; de Vendays, de Valeyrac, de St Vivien ( Médoc), etc, etc.

A fait des peintures et décorations … Duchâtel, 1870-1882, au chat. Pérenne, près de Blaye, 1873 ; au chât. de M. Viaud, à Gauriac, 1872 ; au manoir de Goulens (Lot-et-Garonne), 1876 ; au chât. de Roquetaillade et dans sa chapelle, avec MM. Viollet-le-Duc et Duthaut, architectes du gouvernement, 1868-1880 ; au château de Grignols, 1883 ; dans plusieurs châteaux à Béziers, 1885-88 ; chez M. Maupas à Tonneins, 1885 ; au chât. Malleret, à Ludon (Médoc) et à Bx chez M. Verdelet rue St Genès, 1883, au chât. de La Brède ; chez M. Paul Hugla à Bx, 1882.

A fait aussi le genre tapisseries moyen âge et Gobelins au manoir de Goulens (tapisseries du XVe s.), chez M. Counord, Valleton, Albert Brandenburg, Chaumel, à Bx et de Crozals à Béziers et dans sa maison de Bx, rue St Genès, 42.

(F)

 

 

W

X

Y

Z