Messieurs les clowns on vous attend

Pressez le pas les sourires on vous attend

 

Amenez votre deuil blanc et

Les cris de douleur de votre femme

Vous avez dans le cœur ce soir

Vos tout petits enfants

Messieurs les clowns on vous attend

 

Dans vos yeux tous les oiseaux demandent la liberté

Comme toute la forêt en cage

Messieurs les clowns on vous attend

Messieurs les clowns on vous attend

 

Dans vos yeux tous les oiseaux demandent la liberté

Comme toute la forêt en cage.

 

 

Henri JEAN

in Le sexe du soleil, poèmes 1961-62

Editions La Cheminée bleue, Les amis de Simone et Henri Jean.

 

 

J’ai rencontré la grande ourse

Dans mon chemin du matin

Elle s’était perdue dans les pentes douces

Des escaliers longs et sereins

Elle faisait pleurer de ses griffes de mousse

Mon sang noir et carmin

J’ai rencontré la grande ourse

Et je l’ai prise par la main

Elle m’a donné la jolie rousse

Une paire d’escarpins

Pour que je la conduise dans ses chemins

Dans ses chemins du matin.

 

Henri 13 février 60, ibidem